Bourse

Sociétés

AXA plus généreux avec ses actionnaires et plus ambitieux sur sa rentabilité

AOF - 28 novembre 2018

(AOF) - AXA (+0,73% à 21,42 euros) était bien orienté sur la place de Paris, à la faveur du relèvement de son objectif de rentabilité en 2020 et de son taux de distribution du dividende. L’assureur tient aujourd’hui une journée investisseurs au terme d’une année où il s’est lancé dans une importante transformation. AXA s’est repositionné vers plus de risques assurantiels (santé, protection et assurances hors vie) en rachetant XL Group et a réduit son exposition aux marchés financiers en cédant ses activités d’assurance vie et de gestion d’actifs aux Etats-Unis.

Confiant dans ses perspectives, le concurrent d'Allianz a modifié sa politique de gestion du capital sur la période 2018 et 2020. Il cible désormais un taux de distribution du dividende compris entre 50% et 60% contre de 45% à 55% précédemment. L'objectif de ratio de solvabilité II, passe pour sa part de 170%- 230% à 170%-220% auparavant. Axa se veut aussi plus flexible concernant les rachats d'actions qu'il pourrait mettre en œuvre même si son ratio de solvabilité II ressort dans sa fourchette d'objectifs. Ces rachats étaient conditionnés auparavant à l'atteinte d'un ratio de solvabilité II supérieur à la cible.

Le premier assureur français a aussi révisé à la hausse son objectif de rentabilité courante des capitaux propres en 2020, désormais anticipée entre 14% et 16% contre de 12% à 14% auparavant. A 14,5% en 2017, elle avait déjà dépassé la borne haute de la précédente fourchette d'objectifs et avait atteint 15,6% sur les six premiers mois de l'année.

Les autres objectifs du plan stratégique Ambition 2020 ont été confirmés. Axa prévoit une croissance du résultat opérationnel par action entre 3% et 7% par an en moyenne et des cash-flows opérationnels cumulés entre 28 et 32 milliards d'euros.

Ces derniers lui permettront de réduire son ratio d'endettement. AXA vise toujours un ratio situé entre 25% et 28% d'ici 2020 alors qu'il est attendu à 32% à la fin de cette année. Le niveau élevé du levier financier était l'une des principales sources d'inquiétude des investisseurs après l'acquisition de l'assureur américain, XL.