Bourse

Sociétés

Berenberg mise sur TECHNIPFMC

AOF - 26 février 2019


(AOF) - TechnipFMC (+0,2% à 20,36 euros) a un temps signé la plus forte progression du CAC 40 grâce à Berenberg. A l'occasion d'une étude sur le secteur européen des services pétroliers, le broker allemand a initié sa couverture sur la société franco-américaine avec une recommandation d'Achat et un objectif de cours de 26 euros. Le titre fait partie de ses préférés au sein du secteur, avec Saipem. Fort de sa position de leader dans le subsea, de la qualité de son offre intégrée et de son exposition au GNL (gaz naturel liquéfié), TechnipFMC devrait profiter à plein de la reprise du secteur.

Tout vient à point à qui sait attendre. Les "green shoots", ces fameuses lucarnes vertes indicatrices d'un changement de tendance, sont finalement apparues dans le secteur européen des services pétroliers. C'est en tout cas le point de vue de Berenberg.

Ce dernier assure qu'après plusieurs années difficiles, il y a des raisons d'être plus optimiste pour cette industrie. En premier lieu, les dépenses d'investissement dans l'exploration-production devrait continuer de croître.

Selon le bureau d'études, un cours moyen du baril de pétrole de 65 dollars conduit à une hausse des dépenses mondiales d'exploration-production de 4% en 2019 et 5% en 2020. Une telle progression offrirait des perspectives de croissance favorables, sinon "stellaires" pour un secteur qui sort de récession.

Ainsi, Berenberg prévoit une reprise des dépenses dans l'offshore après quatre années de fort déclin. Le bureau d'études demeure également positif quant aux perspectives au Moyen-Orient, les principaux pays de l'Opep s'efforçant d'accroître leurs capacités de production.

Dans ces conditions, l'analyste privilégie les sociétés de services pétroliers internationales aux dépens des groupes américains, plus endettés et davantage exposés au ralentissement attendu des dépenses dans les hydrocarbures non conventionnels aux Etats-Unis.

Enfin, le courtier estime que le GNL (gaz naturel liquéfiée) sera le principal moteur du secteur avec environ 160 milliards de dollars d'investissements programmés. Les entreprises les plus exposées auront donc l'opportunité de garnir leurs carnets de commandes et d'augmenter leur rentabilité. La marge obtenue sur les contrats types dans le GNL est en effet supérieure à celle dégagée dans les autres hydrocarbures.