Bourse

Sociétés

BIOMERIEUX se renforce encore en Chine

AOF - 06 juin 2019


(AOF) - bioMérieux, après être rentré timidement dans le capital de la société chinoise Suzhou Hybiome Biomedical Engineering en juillet dernier, puis être monté à 54% de son capital, vient de gravir un pallier supplémentaire. Dans un communiqué publié ce matin, le spécialiste français du diagnostic in vitro a annoncé l'acquisition de 13% supplémentaire de son partenaire, qu'il contrôle désormais à hauteur de 67%. Le groupe familial lyonnais a déboursé environ 20 millions d'euros pour cette dernière transaction sur un groupe qu'il valorisait en novembre dernier 165 millions d'euros.

A la Bourse de Paris, la réaction des investisseurs est favorable puisque le titre a gagné 0,41% à 73,85 euros.

Fondée en 2009 et située à Suzhou (Chine), Hybiome est spécialisée dans les tests d'immunoessais automatisés. La société développe, fabrique et commercialise une gamme complète de solutions diagnostiques (réactifs, instruments et logiciels) accréditées par l'administration chinoise – National Medical Products Administration (NMPA).

En novembre dernier, Hybiome comptait environ 300 collaborateurs dont près de 80 dédiés aux activités de R&D. La société dispose d'unités de production et de laboratoires de recherche et prévoit de s'agrandir au sein du Parc Industriel Médical de Suzhou. Elle attendait un chiffre d'affaires de plus de 20 millions d'euros en 2018, en forte croissance par rapport à 2017.

Au premier trimestre 2019, Hybiome a poursuivi le développement rapide de ses ventes sur le marché en forte croissance des hôpitaux de taille intermédiaire (dits de Grade 2), a expliqué bioMérieux.

Dans une note publiée ce matin, Invest Securities estime que cette participation est stratégique pour le groupe qui continue de se développer sur le marché florissant chinois (deuxième filiale après les Etats-Unis) et qui connaît des difficultés sur le segment Immunoessais aux Etats-Unis.

Ainsi, la contribution d'Hybiome en Chine devrait compenser en partie le fléchissement des ventes PCT  (test automatisé pour le dosage de la procalcitonine) dont les prix souffrent de l'arrivée de nouveaux concurrents depuis 2 ans.