Bourse

Marchés

Bourse : la prudence l’a emporté sur les Bourses européennes

AOF - 11 décembre 2020


(AOF) - Les Bourses européennes ont clôturé sur une note maussade ce vendredi, dans un contexte empli d’inquiétudes. Ainsi, le CAC 40 a reculé de 0,76% à 5 507,55 points et l’EuroStoxx 50 a abandonné 0,99% à 3 487,35 points. Sur la semaine écoulée, ces indices ressortent en baisse de 1,81% et 1,47%. A l’approche de la mi-séance, vendredi, Wall Street évolue également en territoire négatif : le Dow Jones et le Nasdaq Composite cèdent respectivement 0,25% et 0,86%.

C'est un cocktail de craintes qui a alourdi les places du Vieux Continent aujourd'hui. Tout d'abord, le vaccin anti-Covid développé par Sanofi et GSK ne s'est pas montré à la hauteur des attentes et devrait arriver plus tard que prévu sur le marché (quatrième trimestre 2021 au lieu du premier semestre).

Ensuite, Bruxelles et Londres ont évoqué de plus en plus clairement l'hypothèse d'un " no deal " sur la question de l'après-Brexit, ce qui aura un impact négatif pour les deux camps.

Enfin, les négociations concernant un nouveau plan de relance massif aux Etats-Unis patinent toujours au Congrès, alors que doit expirer le 26 décembre une série de programmes d'aide d'urgence.

Les places financières européennes ont néanmoins achevé la séance loin de leurs plus bas du jour. Le moral des investisseurs a notamment été soutenu par un indicateur meilleur que prévu aux Etats-Unis.

En effet, l'indice de confiance du consommateur, compilé par l'Université du Michigan, a progressé de 76,9 à 81,4 en décembre, selon une première estimation, alors que le consensus attendait un léger repli.

Au chapitre des valeurs, Peugeot et Alstom terminent la semaine sur des gains respectifs de 3,95 % et 2,44 %, alors qu'ils se dirigent inexorablement vers le succès de leurs grosses opérations de M&A, avec Fiat Chrysler Automobiles pour le premier et Bombardier Transport pour le second. De son côté, Renault (+2,21%) profite du retour à de meilleurs sentiments de la part des analystes.


En revanche, STMicroelectronics (-13,65%) a été pénalisé par l'abaissement de ses objectifs de rentabilité. Enfin, les " bancaires " ont également souffert cette semaine, à l'image de Société Générale (-7,57%) et BNP Paribas (-3,92%).