Bourse

Sociétés

CASINO bondit après le placement sous sauvegarde de RALLYE

AOF - 24 mai 2019


(AOF) - Casino a bondi de 7,48% à 30,03 euros sur la place de Paris, au lendemain de l’annonce par sa maison mère Rallye (-61,25% à 2,95 euros) de l’obtention d’une procédure de sauvegarde pour une période de 6 mois. Entre une dette de 2,9 milliards d’euros et la baisse du titre du distributeur, son principal actif, la holding a été contrainte de demander la protection du tribunal de commerce de Paris, pour suspendre le remboursement de sa dette et de négocier avec ses créanciers.

Une procédure, qui ne concerne pas Casino et n'affecte pas ses dettes bancaires ou obligataires, ou encore ses ressources financières actuellement disponibles.

Outre Rallye, la procédure de sauvegarde concerne ses filiales Cobivia et HMB, ainsi que ses sociétés mères Foncière Euris, Finatis et Euris.

" Dans un contexte persistant d'attaques spéculatives et massives dont les titres du groupe font l'objet, les sociétés en sauvegarde entendent assurer dans le cadre de ces procédures l'intégrité du groupe et consolider leur situation financière dans un environnement stabilisé ", a expliqué Rallye dans un communiqué.

La relation entre une partie de la dette de Rallye et le cours de l'action Casino avait rendu le distributeur vulnérable.

La maison mère s'est en effet endettée en mettant en gage des actions Casino. Plus celles-ci baissaient et plus Rallye devait nantir d'avantage d'actions. Or, la holding a indiqué hier avoir nanti la quasi-totalité de ses titres du distributeur.

Rallye étant placé sous la procédure de sauvegarde, ce lien a été temporairement rompu hier, ce qui allège la pression autour de Casino.

Il s'agissait de la seule solution pour protéger le distributeur dont la génération de trésorerie est en partie absorbée par le dividende qu'il verse à Rallye, pour payer les intérêts financiers.

Un dividende beaucoup trop élevé pour son propre niveau d'endettement. Casino s'est d'ailleurs engagé dans un programme de cessions d'actifs de 2,5 milliards d'euros pour réduire ce dernier. Une contradiction.

Ce placement sous sauvegarde est considéré, selon Bernstein, comme étant une première victoire pour Jean-Charles Naouri, du fait qu'il ait réussi à convaincre les tribunaux que Rallye, Fonciere Euris et Finatis sont toujours solvables.

Toutefois, le bureau d'analyses considère que " toutes ces entités sont insolvables et ont une valeur comptable négative ", l'entreprise manquant de liquidités et la valeur de ses actifs était bien inférieure à la valeur de sa dette.

La maison mère de Casino devra faire approuver son plan et devra donc fournir des preuves convaincantes qu'elle dispose des ressources pour payer sa dette au cours des prochaines années.

Dans le cas contraire, une procédure d'insolvabilité ou une liquidation judiciaire serait ouverte.

Dans ce cadre, les administrateurs du tribunal des faillites pourraient reprendre la gestion de l'entreprise et imposer un plan et un calendrier, qui permettent une répartition plus rapide et plus équitable des actifs entre les créanciers et qui sont plus susceptibles de déboucher rapidement sur un échange dette contre actions. Une situation qui pourrait entraîner une perte de contrôle de Jean-Charles Naouri.