Bourse

Sociétés

CASINO : Daniel Kretinsky entre au capital et fait grimper le titre

AOF - 05 septembre 2019

(AOF) - Casino, qui cherche a regagné la confiance du marché, a annoncé l'arrivée de Daniel Kretinsky et Patrick Tkac à son capital. Via un véhicule d'investissement nommé Vesa Equity Investment, les deux hommes d'affaires ont acquis 5 020 139 actions de Casino, soit 4,63% du capital. A la Bourse de Paris, le titre du distributeur a grimpé ainsi de 1,56% à 41,64 euros. Sa maison-mère Rallye, placée en procédure de sauvegarde, s'est envolée pour sa part de 10,02% à 5,93 euros et signé la plus forte hausse du SRD.

" Cette entrée au capital reflète notre conviction que Casino, Guichard-Perrachon est le groupe de distribution le mieux positionné sur le marché français et l'un des leaders européens le mieux à même de répondre aux profondes transformations du secteur ", a déclaré Daniel Kretinsky qui soutient pleinement la vision stratégique du distributeur à long terme.

Jean Charles Naouri a également proposé un nouveau siège au conseil d'administration lors de la prochaine assemblée générale pour les deux investisseurs de long terme y compris dans le secteur de la distribution en Europe.

Daniel Kretinsky et Patrick Tkac possèdent notamment une participation de 40% dans Mall Group et une participation de 17,52% dans Metro sur lequel une OPA a été tenté.


" Ce communiqué de presse (commun) a pour but d'établir la confiance que tout va bien chez Casino et que l'avenir est assuré ", a souligné Bernstein.

Toutefois, l'analyste estime que la plupart des investisseurs ne sont pas convaincus de ce message et certainement pas les 4,6% d'actionnaires qui ont vendu.

En effet, il ne modifie en rien les difficultés auxquelles le groupe doit faire face Daniel Kretinsky n'a par ailleurs pas abordé les questions les plus controversées du distributeur.

" Alors à qui s'adresse ce message ? Cela pourrait-il être lié à la procédure de sauvegarde de Rallye ? Cela est-il lié à d'éventuels problèmes de liquidité chez Casino ? ", s'interroge l'analyste.