Bourse

Sociétés

EDF irradie de mauvaises nouvelles

AOF - 10 septembre 2019

(AOF) - EDF a chuté de 6,77% à 10,11 euros après avoir atteint en début de séance 9,896 euros, soit son niveau le plus bas depuis fin février 2018. L’électricien a révélé ce matin des défauts de soudure dans ses centrales nucléaires. Il a bien sûr prévenu l'Autorité de sûreté nucléaire et mène actuellement des analyses approfondies pour recenser les matériels et les réacteurs concernés afin d'en confirmer l'aptitude au service. A ce stade, le groupe français n'a pas indiqué le nombre de centrales concernées, la durée des réparations et surtout, le coût estimé de cette nouvelle déconvenue.

Des "tuiles" concernant ses réacteurs nucléaires, EDF en a en effet connu. En mai 2018, le groupe avait révélé des fissures au niveau des réacteurs installés sur son site britannique d'Hunterston B. Le mois dernier, après plus d'un an d'investigations et de réparations pour un coût estimé à 125 millions de livres, EDF avait été autorisé à faire repartir ses activités.

Surtout, EDF est confronté à l'interminable chantier de Flamanville. Prévue à l'origine pour 2012, la mise en service du réacteur EPR normand n'aura pas lieu avant 2022. Le coût a été multiplié par plus de trois à près de 11 milliards d'euros.

En juillet dernier, le groupe a prévenu qu'il devait maintenant réparer 8 soudures défectueuses situées dans une zone très difficile d'accès. Selon les analystes, le surcoût de ces nouvelles réparations pourrait être compris entre 1 et 2 milliards d'euros.

Ces difficultés tombent particulièrement mal pour EDF dont l'avenir reste en suspens. L'Etat, qui détient plus de 80% de son capital, a demandé au groupe de présenter, à la mi-2021, un projet convaincant de construction de nouveaux réacteurs. Le gouvernement a cependant précisé qu'aucune décision ne serait prise tant que le premier EPR sur le sol français n'aurait pas démarré.