Bourse

Sociétés

ELIOR GROUP : l’année 2018-2019 sera une année de stabilisation

AOF - 04 décembre 2018


(AOF) - Elior Group a dévoilé ses résultats au titre de son exercice fiscal 2017-2018 (clos au 30 septembre). Ainsi, le groupe de restauration et des services associés a réalisé un résultat net part du groupe publié de 34 millions d’euros sur la période, en baisse de 70,2% sur un an. L’Ebita retraité consolidé s’élève à 285 millions d’euros, soit une marge de 4,3 % du chiffre d’affaires. Il recule de 16,7% par rapport à l’exercice précédent.

Il a été affecté par la hausse anticipée des charges d'amortissement consécutive à une augmentation des dépenses d'investissement depuis l'exercice 2015-2016, la baisse de 7 % à 6 % du taux de CICE en France et les éléments de nature exceptionnelle tels que les grèves en France et les conditions météorologiques défavorables.

Quant à lui, le chiffre d'affaires consolidé atteint 6,69 milliards d'euros pour l'exercice 2017-2018. La progression de 4,2 % par rapport à l'exercice précédent s'explique par +3% de croissance organique, + 2,9 % de croissance externe et – 1,7 % d'impact de change.

" Nous avons atteint nos objectifs avec une croissance organique de 3 %, une marge d'Ebita retraité de 4,3 % et des investissements maîtrisés sous la barre des 300 millions d'euros ", a commenté Philippe Guillemot, le directeur général d'Elior.

Compte tenu de ces éléments, Elior proposera un dividende de 0,34 euro par action.

En outre, le groupe a lancé une revue des options stratégiques relatives à ses activités de restauration de concession regroupées au sein de sa filiale Areas. Cette revue, qui pourrait se traduire par une séparation d'Areas du reste du groupe, vise à accélérer le développement de chacune de ses activités et à créer de la valeur pour les actionnaires d'Elior.

Concernant ses perspectives, Elior confirme que l'année 2018-2019 sera une année de stabilisation. Le groupe vise notamment une croissance organique supérieure à 1 % à méthodes comptables constantes, incluant l'impact négatif des sorties volontaires de contrats en Italie et une stabilité du taux de marge d'Ebita retraité à périmètre et taux de change constants.