Bourse

Sociétés

FACEBOOK dans le viseur des autorités américaines pour ses pratiques anti-concurrentielles

AOF - 10 décembre 2020


(AOF) - L'action Facebook a perdu 1,93% à 277,92 dollars hier et a poussé dans le rouge l'indice Nasdaq. Le plus important réseaux social mondial est dans le collimateur des autorités de la concurrence américaine (FTC) et de 46 Etats américains, qui l'accusent de pratiques anti-concurrentielles.

La plainte allègue que Facebook s'est engagé dans une stratégie systématique - y compris lors de son acquisition en 2012 de son rival émergent Instagram, du rachat en 2014 de l'application de messagerie mobile WhatsApp, et par l'imposition de conditions anticoncurrentielles aux développeurs de logiciels - pour éliminer les menaces pesant sur son monopole.

La FTC cherche à obtenir une injonction permanente auprès de la justice fédérale qui pourrait, entre autres choses : exiger des cessions d'actifs, notamment Instagram et WhatsApp ; interdire à Facebook d'imposer des conditions anticoncurrentielles aux développeurs de logiciels ; et exiger que Facebook demande une notification et une approbation préalables pour ses futures fusions et acquisitions.

" Notre objectif est de faire reculer le comportement anticoncurrentiel de Facebook et de rétablir la concurrence afin que l'innovation et la libre concurrence puissent prospérer ", a expliqué la FTC.

Réagissant à cette plainte, Facebook a souligné que les acquisitions d'Instagram et WhatsApp avaient reçu le feu vert des autorités compétentes à l'époque, dont celui de la FTC et de la Commission européenne. " Aujourd'hui, l'instance gouvernementale a annoncé qu'aucune vente ne sera jamais définitive, quels que soient les dommages causés aux consommateurs ou l'effet paralysant sur l'innovation ", a ajouté la société.