Bourse

Sociétés

FLEURY MICHON affiche sa prudence

AOF - 09 septembre 2020

(AOF) - Fleury Michon a reculé de 2,73% à 21,40 euros après la publication de résultats semestriels mitigés et de perspectives prudentes. Sur les six premiers mois de l'année, le groupe agroalimentaire a bénéficié du pic de consommation lié au confinement, mais a été dans le même temps pénalisé par l'effondrement du marché du catering aérien et des livraisons de plateaux repas avec l'essor du télétravail. La société familiale a ainsi accusé une perte nette de 13,3 millions d'euros, contre une perte nette de 8,8 millions un an plus tôt.

Cette dégradation s'explique par une dépréciation de la survaleur de la société Fleury Michon Amérique dont l'activité est étroitement liée au secteur du catering aérien.

Le résultat opérationnel courant en revanche a nettement grimpé, passant en un an d'une perte de 5,3 millions à un solde positif de 9,4 millions.

Cette amélioration est essentiellement liée à la hausse des volumes sur les activités de charcuterie et surimi, à une stabilisation des cours des matières premières, une meilleure maîtrise des coûts logistiques et de production et une réduction des coûts fixes sur l'ensemble des activités.

La rentabilité opérationnelle courante du groupe a cependant été nettement dégradée par les très faibles volumes des activités de catering aérien et de livraison de plateaux repas en entreprises.

Le chiffre d'affaires, déjà publié, a progressé de 4,1% à périmètre constant pour atteindre 376,7 millions.

Compte tenu des incertitudes liées notamment à la conjoncture actuelle et des marchés sur lesquels le groupe intervient, Fleury Michon n'est pas en mesure d'apporter, à date, d'indications précises concernant sa performance opérationnelle sur l'exercice 2020.

Néanmoins, les résultats opérationnels du deuxième semestre resteront probablement sous pression.

Les activités ayant bénéficié du confinement (charcuterie et surimi) devraient connaitre un ralentissement, alors que les activités de catering aérien et de livraison de plateaux repas devraient continuer à enregistrer de très faibles volumes.

D'éventuelles dépréciations complémentaires, notamment en catering aérien en fonction de l'évolution de la reprise du secteur, pourraient également venir dégrader le résultat net de l'exercice 2020.