Bourse

Sociétés

GRANDVISION: le rachat par ESSILORLUXOTTICA aurait du plomb dans l'aile

AOF - 10 décembre 2020

(AOF) - GrandVision a perdu 3,28% à 25,05 euros à la Bourse d'Amsterdam, après la publication d'un article de Bloomberg affirmant que son rachat par EssilorLuxottica (-0,46% à 128,50 euros) serait sur le point d'être remis en cause. Selon l'agence de presse, citant des sources proches du dossier, les inquiétudes du groupe franco-italien sur la gestion de la crise du Covid-19 par GrandVision ne se sont pas dissipées, et il souhaiterait désormais reconsidérer son offre de 7,3 milliards d'euros.

Mais si EssilorLuxottica devait quitter la table des négociations, il pourrait être redevable d'une indemnité de rupture de 400 millions d'euros, selon les termes de l'accord, révèle Bloomberg. D'autres alternatives seraient également à l'étude, comme une renégociation du prix de rachat.

Les 7,3 milliards proposés pourraient en effet ne plus être pertinents dans le contexte actuel. Car en reprenant GrandVision, le lunetier franco-italien, propriétaire de la marque Ray Ban, souhaite par la même occasion mettre la main sur les 7 400 magasins du néerlandais (GrandOptical, Générale d'Optique...). Or, avec une croissance des ventes en ligne d'EssilorLuxottica de 40% depuis le début de l'année, qui ont atteint un record de 878 millions d'euros à fin septembre 2020, le contrôle des points de vente physiques semble moins stratégique qu'auparavant.

Du côté de GrandVision, on continue cependant à croire en la logique stratégique de l'opération, selon une source anonyme citée par Bloomberg, et on affirme que le groupe continuera de travailler avec l'acheteur pour la mener à bien.

Pour rappel, en juillet dernier, EssilorLuxottica avait saisi le tribunal de grande instance de Rotterdam afin d'obtenir plus de transparence de la part de HAL, la holding propriétaire de GrandVision, concernant les impacts de la crise sanitaire sur le groupe, après que celle-ci ait refusé de fournir elle-même les informations qui lui avaient été demandées. Une mois plus tard, EssilorLuxottica avait été débouté par le tribunal, faisant appel de cette décision.