Bourse

Sociétés

ICADE débute l'internationalisation de sa foncière Santé

AOF - 08 octobre 2018


(AOF) - Ainsi qu’il l’avait promis dans son plan stratégique 2019-2022 présenté fin juillet, Icade diversifie ses investissements en immobilier de santé à l’international. Le groupe immobilier intégré a annoncé son premier investissement dans cette spécialité hors des frontières de l’Hexagone. Icade a signé un protocole d'accord relatif à un investissement portant sur la construction de sept maisons de retraite médicalisées dans le nord de l'Italie.

Le montant de l'investissement est de 112 millions d'euros avec un rendement locatif en ligne avec les taux de marché. Le portefeuille est constitué de sept projets de construction de maison de retraite situées dans le Piémont, en Vénétie et en Lombardie ; les livraisons sont prévues entre fin 2019 et fin 2021, l'ensemble totalisant 1 020 lits et 52 200 mètres carrés.

L'acquisition se réalisera à terme, à la livraison des résidences, après obtention des autorisations usuelles nécessaires à leur exploitation.

Ces actifs sont entièrement pré-loués dans le cadre de baux d'une durée de 18 ans fermes, et seront exploités par le groupe Gheron, qui gère plusieurs résidences représentant 3 250 lits en développement ou en exploitation.

Cette transaction est réalisée auprès d'un fonds de développement immobilier géré par la société de gestion de portefeuille (SGR) Numeria, dans le cadre d'un nouveau partenariat qui pourra donner naissance à d'autres opportunités d'investissement.

La signature définitive est prévue au cours du quatrième trimestre 2018 après obtention des accords et agréments nécessaires.

Lors de la présentation stratégique en juillet, Icade avait affirmé sa volonté de devenir le leader européen coté de l'immobilier de santé à un horizon de 2 à 3 ans. L'international devrait représenter 30% du portefeuille d'actifs d'Icade Santé, qui représentait 2,4 milliards d'euros (en quote-part Icade) à fin juin.

En Bourse, l'action Icade a perdu 1,12% à 75,30 euros, les considérations macroéconomiques (Italie, commerce international...) l'emportant sur la microéconomie.