Bourse

Sociétés

ILIAD porté par l'Italie

AOF - 14 novembre 2018

(AOF) - Iliad a signé la plus forte hausse du SRD et du SBF 120, dans le sillage d’une publication trimestrielle rassurante. L’opérateur tricolore a fait état d'un chiffre d'affaires global en croissance de 1,7% à 1,24 milliard d'euros, malgré un contexte concurrentiel lourd. Les investisseurs saluent cette performance, notamment la contribution de l'Italie, qui en quatre mois a recruté plus de 2,23 millions d’abonnés, et affiché un chiffre d'affaires de 46 millions d'euros. Le titre a gagné 9,64% à 109,35 euros.

Lancé en juin dernier, Iliad Italia a su s'imposer auprès des trois opérateurs déjà en concurrence, à savoir Vodafone, Telecom Italia et Wind Three. L'opérateur a d'ailleurs décidé d'augmenter à deux reprises son offre commerciale de 5,99 à 7,99 euros par mois. 

En France, la perte d'abonnés persiste, et ce, à cause de l'intensité promotionnelle des offres d'entrée de gamme. Mais la maison mère de Free résiste. Cette perte a été  moins importante qu'au deuxième trimestre. La nouvelle approche commerciale du groupe initiée en juin dernier commence à porter ses premiers effets positifs. Le groupe avait alors redéfini sa gamme d'offres historiques.

Ainsi, Iliad a fait état de perte mobiles de 90 000 abonnés au troisième trimestre contre 200 000 au deuxième trimestre et des pertes haut débit de 14 000 au troisième trimestre contre 28 000 au deuxième trimestre. Le chiffre d'affaires est en repli de 2,1% à 1,19 milliard.

"Iliad a subi d'importantes pertes d'abonnés lors de la campagne de rentrée scolaire en septembre, compensant ainsi la tendance positive de juillet-août ", précise UBS qui réitère sa recommandation Achat et son objectif de cours de 200 euros.

"Les nouvelles initiatives commerciales lancées depuis le mois de juin semblent montrer un certain résultat permettant une amélioration de la tendance par rapport au deuxième trimestre", ajoute le broker.


Fort de cette tendance, Iliad a indiqué poursuivre ses efforts en termes de rétention et de fidélisation au cours des prochains trimestres, afin "d'entrer dans un nouveau cycle de croissance".