Bourse

Sociétés

INTEL : des perspectives assombries par le cloud

AOF - 25 janvier 2019

(AOF) - Ces dernières années, Intel compensait la faiblesse de son activité historique, les puces pour PC, grâce au dynamisme des microprocesseurs pour serveurs, en forte demande en raison du développement du cloud computing. Ses clients ont été gourmands en puces pour serveurs sur les 9 premiers mois de 2018, l’activité progressant de 45%. Disposant d’importants stocks, leur demande a été plus faible que prévu au quatrième trimestre et devrait le rester pendant deux trimestres, le temps de les écouler. Les revenus et perspectives décevants qui en découlent font plonger l’action de 6,35% à 46,59 dollars à l'approche de la mi-séance.

Le numéro un mondial des semi-conducteurs affiche ainsi la plus forte baisse du Dow Jones.

Entre octobre et décembre, la firme de Santa Clara a généré un bénéfice net de 5,2 milliards de dollars, soit 1,12 dollar par action contre une perte de 687 millions de dollars, un an plus tôt. Cette dernière s'expliquait par la réforme fiscale. Le bénéfice par action ajusté est, lui, ressorti à 1,28 dollar, soit 6 cents de mieux que le consensus.

La déception est venue du chiffre d'affaires : il a augmenté de 9,4% à 18,657 milliards de dollars là où le marché visait 19,01 milliards de dollars. La croissance de la division Data center (puces pour serveurs) a été moindre que prévu, ses revenus enregistrant une hausse de 8,7% à 6,07 milliards de dollars. Ils sont ressortis sous le consensus FactSet de 6,35 milliards de dollars.

Si Intel a été confronté à une moindre demande pour ces produits, le groupe technologique a aussi été victime d'un ralentissement des ventes en Chine, conséquence de la guerre commerciale, et de la contreperformance des derniers iPhone. Intel a en effet remplacé Qualcomm en tant que fournisseur de puce modem.

Intel a averti que ces vents contraires devraient persister pendant deux trimestres. Et de fait, ses objectifs sont bien inférieurs aux attentes pour le premier trimestre. Le numéro un mondial des semi-conducteurs vise un chiffre d'affaires de 16 milliards de dollars et un bénéfice par action ajusté de 87 cents, à comparer avec respectivement 17,37 milliards de dollars et 1,01 dollar pour Wall Street.

Pour autant, ses prévisions annuelles sont globalement en ligne avec le consensus car il prévoit un fort redémarrage de la croissance de l'activité puces pour serveurs au second semestre. Intel table sur un chiffre d'affaires de 71,5 milliards de dollars et un bénéfice par action ajusté de 4,60 dollars, contre les prévisions moyennes des analytes de 73,1 milliards de dollars et 4,53 dollars.

Pour JPMorgan, les investisseurs pourraient considérer les perspectives d'Intel pour l'ensemble de l'année avec scepticisme, un avis partagé par Credit Suisse. Ce dernier explique qu'elles impliquent une croissance d'environ 30% de la division puces pour serveurs sur la seconde partie de l'année, contre 15% traditionnellement.