Bourse

Sociétés

INTEL se fait étriller pour son retard dans sa nouvelle technologie de production

AOF - 24 juillet 2020


(AOF) - Haut la main, Intel affiche la plus forte baisse de l’indice Dow Jones, flanchant de 15,31% à 51,15 dollars après avoir averti que sa technologie de production en 7 nanomètres aurait 6 mois de retard. Cette annonce est d’autant plus mal prise que le numéro un mondial des semi-conducteurs avait connu d’importants délais dans le lancement de sa précédente technologie de production. Elle a entraîné une salve de dégradations : Deutsche Bank et Bank of America d’Achat à Neutre tandis que Barclays et Exane BNP Paribas adoptaient une recommandation négative.

Les investisseurs se sont détournés des résultats meilleurs que prévu au deuxième trimestre. Grâce à une forte demande aussi bien pour ses puces pour PC que pour les serveurs, la firme a vu son bénéfice net progresser de 22% à 5,1 milliards de dollars, soit 1,19 dollar par action. Le bénéfice par action ajusté est, lui, ressorti à 1,23 dollar, soit 12 cents de mieux que le consensus Refinitiv. Le chiffre d'affaires a augmenté de 20% à 19,7 milliards de dollars alors que le marché visait 18,55 milliards de dollars.

La firme de Santa Clara (Californie) a présenté de nouveaux objectifs annuels après les avoir suspendus fin avril et ils se sont avérés décevants. Elle vise 75 milliards de dollars de revenus et un bénéfice par action ajusté de 4,85 dollars. Cette dernière prévision est inférieure aux anticipations du marché : 4,90 dollars. Les analystes souligne que ces estimations annuelles signalent une décélération significative de la croissance de la division Data center (puces pour serveur), qui est la plus rentable.

Lors de la conférence téléphonique avec les analystes, le Directeur général, Bob Swan, a expliqué le retard de sa technologie de gravure en 7 nanomètres par un problème de rendement en raison d'un défaut dans le processus de production. Les premiers produits fabriqués à partir de cette technologie ne seront livrés que fin 2022 ou début 2023, a précisé le dirigeant. La première puce 7 nanomètres pour data center ne sera livré qu'au première semestre 2023. Du fait de ces retards, le groupe prévoit d'externaliser d'avantage sa production. Selon Credit Suisse, ce retard ravivera des inquiétudes sur la position concurrentielle du groupe qui seront difficiles à réfuter 

Non seulement le groupe prend du retard par rapport à ses concurrents, mais l'externalisation devrait peser aussi sur sa rentabilité. AMD a bénéficié des déboires d'Intel et gagne 13% à 67,30 dollars.