Bourse

Sociétés

INTERPARFUMS pénalisé par des prévisions jugées trop prudentes

AOF - 21 novembre 2019


(AOF) - Les perspectives 2020 d'Interparfums sont loin de faire chavirer le cœur des investisseurs. Le titre du concepteur de parfums sous licence a abandonné en effet 5,81% à 39,75 euros. Dans un communiqué publié ce matin, le groupe dit tabler pour l'an prochain sur un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros et sur une marge opérationnelle comprise entre 14% et 15,5%.

L'année 2020 sera marquée par un plan de lancements aussi riche que 2019 en nouvelles initiatives, principalement féminines, avec notamment des lancements majeurs sur les marques Coach  en début d'année, et Jimmy Choo, en fin d'année, une première ligne de parfums sur la marque Kate Spade, à l'été.

Interparfums a également évoqué des initiatives complémentaires sur les marques Montblanc, Lanvin et Rochas, qui viendront également renforcer l'activité.

Le groupe a profité de cette publication pour confirmer son objectif 2019 d'un chiffre d'affaires de 480 millions d'euros grâce à d'importants lancements, au succès des parfums Montblanc et aux bonnes performances des parfums Jimmy Choo et Coach.

Cette année, a détaillé la société, les parfums Montblanc continuent à prendre des parts de marché importantes avec un chiffre d'affaires qui dépassera 135 millions d'euros sur l'année, en hausse de 25% par rapport à 2018.

Le groupe s'attend par ailleurs à ce que la marge opérationnelle puisse légèrement dépasser les 14% initialement attendus.

Jefferies a confirmé sa recommandation Conserver et son objectif de cours de 73 dollars sur Interparfums, mais coté sur le Nasdaq (cours de clôture de mercredi soir de 77,2 dollars).

Le broker observe que la prévision 2020 d'un chiffre d'affaires de 742 millions de dollars ressort 3% au-dessous de sa prévision (764 millions de dollars).

La croissance à taux de change constants ressortirait à 4,9%, soit en ralentissement par rapport à la croissance de 5,5% escomptée en 2019 malgré des lancements majeurs. Le bénéfice par action est attendu à 2 dollars, un chiffre 8% inférieur au consensus (2,17 dollars).

Le bureau d'études rappelle que le groupe est historiquement conservateur en termes de prévisions. Pour autant, compte tenu du portefeuille de nouveaux produits, il se dit surpris d'un tel écart avec le consensus.