Bourse

Sociétés

IPSEN : extension de Dysport au Royaume-Uni

AOF - 06 janvier 2020


(AOF) - Ipsen abandonne 0,94% à 78,65 euros malgré la décision de la MHRA (Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency) au Royaume-Uni d'étendre l'autorisation pour Dysport (la fameuse toxine botulique) au traitement symptomatique de la spasticité focale des membres supérieurs chez les patients pédiatriques atteints de paralysie cérébrale, âgés de deux ans et plus. Le laboratoire pharmaceutique français souffre de la défiance des investisseurs vis-à-vis des actifs à risque. Une défiance renforcée un peu plus cet après-midi par une analyste négative de JPMorgan.

Le broker a dégradé sa recommandation sur le titre du groupe familial de Neutre à Sous-performance et abaissé son objectif de cours de 103 à 82 euros, soit une cible dépassant le cours actuel.

Le bureau d'études a justifié sa prudence par les risques entourant palovarotène et la Somatuline, même si ces derniers semblent bien intégrés par le marché. Au-delà, l'analyste ne décèle guère de catalyseurs susceptibles de soutenir le cours du titre. Dans ce cadre, l'action devrait continuer de sous-performer son secteur dans les mois à venir.

La morosité ambiante et la note négative de JPMorgan ont donc éclipsé une bonne nouvelle concernant Dysport. Le feu vert anglais annoncé ce matin s'appuie sur l'étude de phase III qui a démontré que Dysport réduit les symptômes de la spasticité chez les enfants âgés de deux ans et plus traités pour une spasticité des membres supérieurs due à une paralysie cérébrale, selon l'échelle d'Ashworth modifiée (MAS), l'outil de référence pour l'évaluation de la résistance musculaire associée à la spasticité.

Le profil de sécurité était cohérent avec celui observé dans les indications approuvées pour la spasticité des membres inférieurs due à une paralysie cérébrale chez l'enfant après des injections répétées. Aucun nouveau problème de sécurité n'a été identifié.