Bourse

Sociétés

IPSEN pénalisé par JPMorgan

AOF - 09 octobre 2018


(AOF) - En repli de 5,55% à 131 euros, Ipsen a accusé la plus forte baisse du SBF 120, pénalisé par JPMorgan. Compte tenu de la valorisation du titre et des perspectives du laboratoire pharmaceutique, le broker estime qu'il est temps de prendre ses bénéfices. En conséquence, il a dégradé sa recommandation sur le groupe familial de Neutre à Sous-pondérer tout en réitérant son objectif de cours de 120 euros. Le bureau d'études constate qu'après un bond de 39% depuis le début de l'année, le titre est valorisé selon "le meilleur scénario". A cet égard, les risques d'un repli du titre sont plus élevés.

JPMorgan juge par ailleurs que le consensus actuel est trop favorable à Ipsen. Selon le courtier, le marché ne prend pas en compte la concurrence prochaine du générique Sandostatin LAR sur Somatuline du laboratoire français. En 2020, les ventes du générique risquent de faire baisser celles du Somatuline de 15%. 

Les analystes ont également tort de ne pas prendre en compte les innovations scientifiques récentes qui pourraient se faire au dépend du Cabometyx dans le cancer du rein et du foie.

Enfin, complète JPMorgan, le consensus concernant Onviyde est trop élevé de 11% pour 2019 en raison de la concurrence dans le traitement du cancer du pancréas.

Malgré ce repli, Ipsen enregistre encore un gain de 32% depuis le début de l'année, ce qui place le titre dans le top 10 du SBF 120 en 2018.

Les investisseurs apprécient la qualité opérationnelle du groupe. Fin juillet, Ipsen avait dévoilé un résultat net semestriel en hausse de 40,1% à 237,1 millions d'euros. Le résultat opérationnel des activités a atteint 322,5 millions d'euros, en hausse de 34,1%, tiré par une forte croissance des ventes de Médecine de Spécialité.

Le chiffre d'affaires était ressorti à 1,0645 milliard d'euros, en hausse de 21,5%.

Fort de ces résultats, Ipsen avait relevé ses objectifs financiers pour 2018 avec une croissance des ventes de plus de 19% (contre un objectif initial de plus de 16%) et une marge opérationnelle des activités d'environ 29% des ventes (contre un objectif initial de plus de 28%) et 30,3% au premier semestre.