Bourse

Sociétés

La valeur du jour à Paris - ACCOR vise une nouvelle année record en 2019, les investisseurs en veulent plus

AOF - 01 août 2019


(AOF) - Les investisseurs sont exigeants aujourd’hui avec Accor, qui accuse l’un des plus lourds replis du CAC 40 (-1,36% à 39,75 euros). Si le groupe hôtelier a rendu une copie mitigée lors de ses résultats du premier semestre, il vise toutefois une nouvelle année record en 2019 et se fixe une fourchette cible d’excédent brut d’exploitation qui ne déçoit pas les attentes moyennes des analystes.

Dans le détail, le propriétaire des marques Ibis, Mercure ou encore Sofitel a engrangé un bénéfice net (part du groupe) de 141 millions d'euros entre janvier et juin 2019, contre 2,179 milliards d'euros un an plus tôt. Il faut relativiser cette forte chute au regard de la cession de 58% du capital d'AccorInvest, qui avait permis d'enregistrer une plus-value de 2,4 milliards d'euros, un an plus tôt.

Il n'en demeure pas moins que le bénéfice net manque le consensus qui se situait à 183 millions d'euros.

Pour sa part, l'excédent brut d'exploitation (EBE) ressort à 375 millions d'euros (+30,1% en publié et +5,1% à périmètre et change constant), induisant une marge sur EBE de 19,5% contre 19,1% un an plus tôt. Il dépasse légèrement les prévisions des experts (370 millions).


De son côté, le revenu par chambre disponible (Revpar), indicateur clef du secteur, est en croissance de 2,9% sur les six premiers mois de l'année.


Quant au chiffre d'affaires, il s'établit à 1,926 milliard d'euros (+27,8% en publié et +4,8% à périmètre et change constant), manquant de peu les attentes du marché (1,997 milliard d'euros).

" Accor réalise une nouvelle fois ce semestre une performance solide, en ligne avec les objectifs de son plan moyen terme ", a commenté Sébastien Bazin, le PDG d'Accor.

" L'exécution de notre plan de marche et la dynamique de notre activité nous permettent ainsi de viser une nouvelle année record en 2019 ", a ajouté le dirigeant.

Pour l'année 2019, Accor vise ainsi un excédent brut d'exploitation compris entre 820 et 850 millions d'euros, contre 712 millions d'euros en 2018. Le consensus se situe à 820 millions d'euros.