Bourse

Sociétés

La valeur du jour à Paris - BNP PARIBAS dépasse les attentes grâce au courtage obligataire et aux provisions

AOF - 31 juillet 2020


(AOF) - BNP Paribas, première banque française à dévoiler ses comptes du deuxième trimestre, a dévoilé une performance meilleure que prévu grâce à des provisions plus faibles que prévu et les très bons résultats du courtage obligataire. Elle est récompensée par une progression de 2,65% à 35,29 euros de son action, qui affiche l’une des plus fortes hausses de l’indice CAC 40. Cette publication renforce la crédibilité de la prévision de BNP Paribas d’un résultat net part du groupe en recul de 15 à 20% cette année.

Elle était jusqu'à présent jugée trop optimiste par les analystes, qui pourraient pour certains rehausser leurs estimations. Elle correspond à un profit net compris entre 6,5 et 7 milliards d'euros, se comparant avec un consensus de 5,4 milliards d'euros. Sur les six premiers mois de l'année, BNP Paribas a déjà généré 3,581 milliards d'euros (-18,4%).

Sur le seul deuxième trimestre, il a reculé de 6,8% à 2,299 millions d'euros, dépassant nettement le consensus s'élevant à 1,46 milliard d'euros. Le coût du risque a augmenté de 826 millions d'euros à 1,447 milliard d'euros, ressortant sous les attentes : 1,65 milliard. La banque a augmenté provisionnement des pertes attendues à hauteur de 329 millions d'euros.

Les résultats du groupe ont aussi bénéficié d'un effet de ciseau positif, les revenus évoluant plus rapidement que les coûts.

Les frais de gestion du groupe ont reculé de 1,3% à 7,34 milliards d'euros, tandis que ceux des pôles opérationnels ont augmenté de 0,2%. Comme annoncé dans le cadre du plan 2020, les coûts de transformation exceptionnels sont nuls ; ils s'élevaient à 222 millions d'euros au deuxième trimestre 2019.

Le produit net bancaire a progressé de 4% à 11,675 milliards d'euros. Dans les pôles opérationnels, le produit net bancaire augmente de 5,2%.

Les bons résultats s'expliquent aussi par la bonne performance de la banque de financement et d'investissement. La CIB a enregistré un bond de 33% de ses revenus à 4,12 milliards d'euros et de 50% de son bénéfice imposable à 1,59 milliard. Le marché attendait seulement 840 millions.

Au sein de la division, les métiers FICC (taux, crédit, changes et matières premières) se sont distingués avec des revenus bondissant de 153,8% à 2,013 milliards. En revanche, les revenus du courtage actions ont chuté de 52,8% à 290 millions en raison de l'impact résiduel des restrictions sur les dividendes en Europe et des moindres volumes dans Prime Services.

Au 30 juin 2020, le ratio de fonds propres durs (CET1) s'élève à 12,4% en hausse de 40 points de base par rapport au 31 mars 2020 du fait notamment de la génération organique de capital du trimestre. Il prend en compte un taux de distribution de 50%. Le marché visait 11,9%.