Bourse

Sociétés

La valeur du jour à Paris DBV TECHNOLOGIES : un nouveau directeur financier bien accueilli

AOF - 03 janvier 2020


(AOF) - En hausse de 1,66% à 20,16 euros, DBV Technologies affiche l'une des plus fortes progressions du SBF 120. Les investisseurs saluent l'arrivée d'un nouveau directeur financier, à la fois expérimenté et fin connaisseur du secteur des biotechnologies aux Etats-Unis. Ramzi Benamar a en effet récemment occupé le poste de vice-président et directeur de la planification et de l'analyse financières chez Spark Therapeutics. Un succès dans la mesure où Spark vient d'être racheté par Roche pour 4,3 milliards de dollars, soit avec une prime de 122% rapport au cours de clôture à la veille de l'annonce.

Chez Spark Therapeutics, où il était sous la responsabilité directe du directeur financier, Ramzi Benamar assurait un leadership financier dans toute l'entreprise et soutenait la conception et la mise en œuvre des plans de lancement de produits, incluant la stratégie de prix, le marketing, les ventes, l'accès au marché, les contrats et la distribution.

Originaire de Lyon, Ramzi Benamar parle couramment le français et l'anglais. Il sera basé aux États-Unis, où le groupe est coté et qui représente son premier marché potentiel, mais passera une grande partie de son temps en France.

Sébastien Robitaille, qui a assumé le rôle de directeur financier par intérim depuis août 2019, continuera d'assumer son rôle de chef de cabinet (Chief of Staff).

Ramzi Benamar prend le contrôle des finances de DBV Technologies à un moment clef pour la biotech française. La FDA devrait en effet donner sa décision sur le lancement de son traitement vedette Viaskin Peanut début août.

Si Viaskin Peanut est approuvé, ce sera le premier et unique traitement d'immunothérapie épicutanée contre l'allergie à l'arachide chez les enfants âgées de 4 à 11 ans.

Les analystes estiment que le marché américain de l'allergie aux arachides pourrait atteindre 3,9 milliards de dollars en 2017. DBV devra toutefois affronter la concurrence de la biotech américaine, Aimmune, dont le développement de son traitement Palforzia est plus avancé.