Bourse

Sociétés

PSA : les ventes mondiales amputées d’un gros quart en 2020 par la crise du Covid-19

AOF - 14 janvier 2021


(AOF) - Pour son dernier exercice en solo, PSA aurait sans doute voulu briller sur le plan commercial. Mais la crise du Covid-19 est passée par là et c’est sur une chute de 27,8% de ses ventes mondiales, à 2,51 millions d'unités, que se termine l’année 2020 pour le groupe au lion. Son éternel concurrent Renault a fait mieux, avec un repli de 21,3 % à 2,95 millions d’unités. Les investisseurs restent toutefois focalisés sur la fusion imminente avec Fiat Chrysler et les importantes synergies à la clef. Ainsi, PSA s’est longtemps adjugé la première place du CAC 40 aujourd'hui, et a terminé sur un gain de 2,42% à 22,81 euros.

PSA a été fortement affecté par la forte déprime du marché européen, qui représente près de 85% de ses ventes totales. En Europe, les ventes du groupe au lion ont chuté de 29,7% à 2,12 millions d'unités. Toutefois, le groupe souligne que les ventes se sont nettement redressées au second semestre (+40% par rapport au premier semestre). PSA a également réussi à maintenir sa position sur son principal marché, la France, gagnant 0,14 point de pénétration sur l'année.

En Amérique Latine, le constructeur automobile a souffert avec des chutes s'étalant de -27% à -31% selon les pays, et un volume total de plus de 95 000 unités. Il a néanmoins réussi à enclencher une reprise de ses ventes pour atteindre une part de marché au 4ème trimestre 2020 supérieure à celle de la même période en 2019 : 2,5% contre 2,3%.

En revanche, la zone Moyen-Orient/Afrique est une source de satisfaction avec un bond de des ventes de 20% à plus de 197 000 unités. En Eurasie, le groupe s'est également distingué avec une progression de 13,7% à près de 18 000 unités.

En parallèle, PSA confirme avoir atteint les objectifs européens en termes d'émissions de C02. Pas de lourdes amendes en vue donc de la part de Bruxelles. Le groupe a pu s'appuyer sur un portefeuille étoffé de 17 modèles électrifiés. D'ici la fin de l'année, six de plus seront disponibles.

Du côté des perspectives de marché pour 2021, PSA est resté mutique. Le groupe attend sans doute la finalisation du rapprochement avec Fiat Chrysler Automobiles qui doit intervenir samedi, avant de se prononcer.

Annoncé à l'automne 2019, ce mariage entre le français et l'italo-américain doit permettre de créer Stellantis, un groupe automobile d'envergure mondiale.