Bourse

Sociétés

La valeur du jour à Paris VEOLIA ne lésine pas

AOF - 30 septembre 2020


(AOF) - En hausse de 2,2% à 18,725 euros, Veolia prend la tête du CAC 40, devant Engie (+1,9% à 11,495 euros). Suez, de son côté, bondit de 7,3% à 16 euros. Le marché salue la nouvelle offre du numéro un mondial de l'environnement sur la part d'Engie dans Suez. Antoine Frérot semble avoir répondu aux exigences d'Engie et de l'Etat. Sur le plan financier, l'ex-Générale des Eaux a relevé son prix de 15,5 à 18 euros, valorisant sa proie à 11,7 milliards d'euros, soit un bonus de 500 millions par rapport à l'offre de départ. Le consensus n'attendait pas une telle générosité.

Si Engie semblait déjà convaincu par le projet avant même l'annonce de cette nouvelle offre, il restait encore à séduire l'Etat, principal actionnaire du groupe énergétique.

Veolia l'a bien compris en répondant point par point aux questions de l'Etat actionnaire.

Sur le front de l'emploi, le groupe promet de conserver l'ensemble des salariés de Suez en France.

Concernant les activités en France qui devront être cédées pour lui permettre d'obtenir les autorisations réglementaires, Veolia s'engage à ce que les repreneurs choisis prennent les mêmes engagements sociaux.

Sur le rapprochement des équipes dirigeantes pour constituer le nouveau groupe, Veolia s'engage à intégrer des cadres exécutifs de Suez dans les instances de direction "dans un esprit d'équilibre et de critères de compétence".

En contrepartie, Antoine Frérot attend une réponse rapide d'Engie. Sa proposition sera en effet caduque ce soir à minuit.

Au-delà, Veolia attend l’allégeance de sa cible. Le groupe s'engage en effet, en cas de rachat du bloc de 29,9% de Suez auprès d'Engie, à ne pas déposer d'offre publique sur le reste du capital de Suez qu'à la condition qu'elle soit amicale.

Magnanime, Veolia donne six mois aux deux parties pour rechercher les bases communes d'un accord relatif à la mise en œuvre du projet. De surcroît, il demande à Suez de désactiver immédiatement le dispositif annoncé le 23 septembre dernier et consistant à loger les activités Eau France de Suez au sein d'une fondation de droit néerlandais.

Si à l'issue de la période des six mois, Veolia n'obtient pas d'avis favorable de Suez, il soumettra d'autres projets à l'ensemble de ses actionnaires.

Dans une note publiée ce matin, Jefferies salue cette nouvelle offre de Veolia, qu'Engie pourrait avoir du mal à décliner. Par ailleurs, Veolia a esquissé de nouvelles concessions, notamment la promesse de postes de direction au top management de Suez.