Bourse

Sociétés

GOLDMAN SACHS fait mieux que ses concurrents

AOF - 14 octobre 2020


(AOF) - En pleine saison de publication des banques, Goldman Sachs s'en sort mieux à Wall Street que ses concurrentes Bank of America (-3,69% vers 17h35) et Wells Fargo (-4,85%). La banque d'affaires gagne en effet 0,68% à 212,26 dollars grâce à des résultats trimestriels marqués par un quasi doublement de son bénéfice net. En effet, celui-ci s'est établi à 3,48 milliards de dollars à fin septembre, après 1,79 milliard l'année dernière à la même époque. Cela représente 9,68 dollars par action (4,79 dollars au T3 2019), largement au-dessus du consensus FactSet qui tablait sur un BPA de 5,54 dollars.

Le produit net bancaire (PNB) a, lui, grimpé de 30% à 10,78 milliards de dollars, contre 9,38 milliards attendus par le consensus.

Dans le détail, la banque d'investissement a généré un résultat net trimestriel de 1,97 milliard de dollars, en hausse de 7% sur un an (mais en repli de 26% par rapport au second trimestre) grâce à une forte hausse des revenus de souscription.

La division Global Market a quant à elle contribué à hauteur de 4,55 milliards de dollars au résultat net, en hausse de 29% par rapport à l'an dernier (-37% versus T2 2020), portée, d'une part, par l'activité de taux, change et matières premières (FICC) qui a vu son bénéfice grimper de 49% sur un an à 2,5 milliards de dollars, ainsi que par l'activité equity, qui a vu le sien croître de 10% à 2,05 milliards.

Goldman Sachs a également passé des provisions pour défaut de créances de 291 millions de dollars au trimestre dernier, après 1,59 milliard au T2. 

Du côté des ratios, le rendement des capitaux propres (ROE) a atteint au troisième trimestre 17,5%, soit son plus haut niveau depuis 10 ans, et le rendement des actifs tangibles (ROTE), 18,6%. Le ratio CET1 a, lui, grimpé de 120 points de base à 14,5%.

Bank of America et Wells Fargo ont également publié leurs résultats trimestriels ce jour, sans toutefois susciter autant d'enthousiasme de la part des investisseurs. En effet, la première a réalisé un bénéfice de 4,9 milliards de dollars, en repli de 15,5% sur un an (soit 51 cents par action, contre 49 cents attendus), alors que la seconde a vu le sien divisé par plus de 2 à 2,04 milliards (soit un BPA de 42 cents, contre 44 cents attendus).