Bourse

Sociétés

La valeur du jour à Wall Street WALMART a du mal à échapper à la tendance des marchés malgré ses résultats solides

AOF - 17 novembre 2020


(AOF) - Le cours du numéro un mondial de la grande distribution, Walmart, essaie tant bien que mal de résister à la tendance générale baissière des marchés américains, en particulier du Dow Jones: l'action alterne entre hausse et baisse en ce début de séance, et cède actuellement 0,39% à 152,88 dollars. La firme de Bentonville, dans l'Arkansas, a publié ce matin des résultats trimestriels en forte progression et supérieurs aux attentes des analystes, prouvant sa capacité à faire face à la tempête du Covid-19.

Walmart a en effet publié un bénéfice net au troisième trimestre de son exercice (clos fin octobre) en hausse de 56,2% sur un an, à 5,135 milliards de dollars, soit 1,80 dollar par action. En données ajustées, le bénéfice par action atteint 1,34 dollar, alors que le consensus FactSet escomptait de 1,18 dollar.

Le chiffre d'affaires bat lui aussi le consensus, que ce soit en valeur absolu - 134,71 milliards de dollars au niveau du groupe, contre 132,13 milliards attendus - ou en valeur relative - croissance des ventes à périmètre comparable aux Etats-Unis en hausse de 6,4%, pour un consensus de +4%. Des ventes américaines qui ont d'ailleurs bénéficié de l'excellente performance des ventes en ligne, puisqu'elles ont grimpé de 79%, contribuant pour environ 570 points de base à la croissance des ventes comparables.

Alors que le Covid-19 a coûté environ 600 millions de dollars au géant de la distribution, la fréquentation de ses magasins aux Etats-Unis a reculé de 14,2%. En contrepartie, le panier moyen a augmenté de 24%.

Le taux de marge brute a crû, lui, de 0,5 point de pourcentage, soit deux fois plus que prévu par les analystes.

Toutefois, la volatilité du titre aujourd'hui peut aussi s'expliquer sur un ralentissement séquentiel de l'activité. En effet, au second trimestre, les revenues avait augmenté de 5,6% sur un an au niveau du groupe (+5,2% au troisième trimestre). Idem pour les ventes américaines à périmètre comparable et le e-commerce, qui avaient alors progressé respectivement de 9,3% et 97%.