Bourse

Sociétés

La valeur du jour en Europe ASTRAZENECA: son vaccin anti-covid autorisé au Royaume-Uni

AOF - 30 décembre 2020


(AOF) - La nouvelle était pressentie depuis plusieurs jours, mais elle est désormais officielle: le vaccin contre le covid-19 développé par l'Université d'Oxford et AstraZeneca (+0,68% à 7 513 pence) a reçu ce mercredi le feu vert des autorités sanitaires britanniques. Le Royaume-Uni devient ainsi le premier pays au monde à l'autoriser. Dans un communiqué, le laboratoire pharmaceutique s'est félicité de cette nouvelle et a annoncé que les premières doses vont être distribuées dès aujourd'hui afin que les vaccinations puissent commencer rapidement en 2021.

"Le gouvernement a accepté aujourd'hui la recommandation de l'Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) d'autoriser l'utilisation du vaccin COVID-19 de l'Université d'Oxford-AstraZeneca", a déclaré le ministère de la Santé britannique.

Un vaccin grandement attendu, puisqu'il va permettre au gouvernement, qui en a commandé jusqu'à 100 millions de doses, d'accélérer son programme de vaccination. Il s'avère par ailleurs plus facile à stocker et moins cher que ses concurrents des laboratoires Pfizer/BioNTech ou Moderna.

Pascal Soriot, directeur général du groupe anglo-suédois, s'est réjoui de la décision des autorités, déclarant : "Aujourd'hui est un jour important pour des millions de personnes au Royaume-Uni qui auront accès à ce nouveau vaccin. Il a été démontré qu'il est efficace, bien toléré, simple à administrer et est fourni par AstraZeneca sans aucun profit."

Le vaccin sera destiné aux personnes âgées de plus de 18 ans, et consiste en deux doses injectées dans un intervalle de quatre à douze semaines. Malgré les doutes émis il y a quelques semaines concernant son efficacité réelle, notamment en raison de la méthodologie utilisée lors des tests, AstraZeneca affirme qu'il est "sûr et efficace pour prévenir les symptômes du covid-19, sans cas grave et sans hospitalisation plus de 14 jours après la deuxième dose".

Il resterait également efficace contre la nouvelle souche du virus détectée au Royaume-Uni, bien que le laboratoire estime devoir mener des études plus approfondies.