Bourse

Sociétés

PHILIPS relégué à la dernière place de l'AEX après son avertissement

AOF - 10 octobre 2019


(AOF) - Philips a flanché de 8,89% à 37,90 euros et est ainsi rejeté à la dernière place l’indice AEX, victime d’un avertissement sur sa marge 2019. Le groupe d'électronique spécialisé dans la santé et les produits "Soins personnels" (rasoirs, brosses à dents…) vise une marge d'Ebita ajusté en progression de 100 points de marge par an entre 2017 et 2020 et il avait confirmé en juillet anticiper une amélioration de cette ampleur cette année. Elle est désormais attendue en hausse de seulement 10 à 20 points de base, soit entre 13,2% et 13,3%.

Les analystes avaient déjà fait leur deuil des 100 points de base et visent en moyenne une marge de 13,4%.

Philips a mis en cause la contre-performance de la division Soins connectés, qui commercialise notamment des défibrillateurs et des systèmes de surveillance de patients à distance. Sa marge d'Ebita ajusté a reculé de 4,5 points au troisième trimestre, pour tomber à 11,3%.

Cette baisse s'explique, selon le Directeur général, Frans van Houten, par des vents contraires plus importants dus aux tarifs douaniers en Chine et aux Etats-Unis et l'impact tardif des mesures prises pour les atténuer. Il a aussi mis en cause une sous-utilisation des usines, les niveaux de production ayant été réduits afin de réduire les stocks, et l'impact négatif du mix produits.

Philips a enfin pointé du doigt des revenus tirés des brevets plus faibles que prévu de 20 millions d'euros. Si ce montant est faible, leur impact sur la rentabilité du groupe est proportionnellement plus important du fait de leur marge élevée.

Au troisième trimestre, les revenus du groupe devraient augmenter de 6% en données comparables à 4,7 milliards d'euros. L'Ebita ajusté est, lui, anticipé à environ 583 millions d'euros, soit 12,4% des revenus contre 13,2% un an plus tôt à la même époque.

Pour l'année prochaine, Philips a confirmé son objectif d'une progression de la marge d'Ebita ajusté de 100 points de base et d'un revenu en croissance de 4% à 6% en données comparables.