Bourse

Marchés

L'austérité domine désormais les marchés

AOF - 10 octobre 2018


(AOF) - Rien ne va plus sur les marchés. Mal orientés à l'ouverture, les principaux indices actions européens ont creusé leurs pertes en fin de séance dans le sillage de Wall Street. Le CAC 40 a cédé 2,11% à 5 206,22 points. L'indice pan européen Euro Stoxx 50 a reculé, lui, de " seulement " 1,63% en raison de sa moindre exposition aux valeurs du luxe, dont la chute a été lourde à Paris. A New York aussi, la situation est critique. A l'approche de la mi-séance, le Dow Jones abandonne près de 1,48% tandis que le Nasdaq chute de 2,24%.

Depuis le début du mois, le compartiment américain des valeurs technologiques a perdu 6%, soit sa plus mauvaise performance mensuelle depuis deux ans.

Les investisseurs vivent un nouvel " Octobre rouge ". Le CAC 40 accuse depuis la clôture de septembre une chute de plus de 5%. Les marchés subissent la matérialisation des risques qui planaient, au minimum, depuis l'été, et en premier lieu, le ralentissement de l'économie mondiale causée par la guerre commerciale.

En abaissant hier sa prévision de croissance globale 2018 de 3,9% à 3,7% et en affichant son pessimisme pour 2019, le FMI a confirmé ce que redoutaient de nombreux économistes.

Dans ce cadre, la nouvelle menace de Donald Trump de taxer davantage 267 milliards de dollars de produits chinois si Pékin riposte aux dernières barrières commerciales érigées par les Etats-Unis, a renforcé l'inquiétude.

A la Bourse de Paris , les valeurs du luxe, qui vendent plus du tiers de leur production à la clientèle chinoise, ont lourdement pâti de ce regain de défiance, et ce malgré la publication plus robuste que prévu de Louis Vuitton, la marque vedette de LVMH.

Les ventes du pôle Mode-Maroquinerie, constitué principalement par Vuitton, ont grimpé au troisième trimestre de 14%, soit à un taux supérieur au consensus qui visait +12%.

Cette performance n'a pas rassuré alors que beaucoup estiment que le haut de cycle du luxe a touché à sa fin.

Jugeant qu'il n'était pas trop tard pour sortir du secteur, Morgan Stanley a dégradé son opinion de Neutre à Sous-pondérer. Une décision qui a participé à la chute de près de 10% de Kering et de 7,1% de LVMH.