Bourse

Marchés

Le CAC 40 ne partage pas l'optimisme de Wall Street

AOF - 07 octobre 2020


(AOF) - Les marchés actions européens ont clôturé dans le rouge, pénalisés par des prises de bénéfices après quatre séances consécutives de hausse. Le CAC 40 a cédé 0,27% à 4 882 points, mais affiche un gain de 1,65% lors des cinq dernières séances. A l'échelle européenne, l'Euro Stoxx 50 accuse ce soir un repli de 0,14% à 3 229 points (+1,07% en une semaine). A Wall Street en revanche, l'optimisme est de mise, comme en témoigne la progression de 1,35% du Dow Jones et de 1,50% du Nasdaq.

Une fois n'est pas coutume, les Bourses européennes n'ont pas emboîté le pas de Wall Street. Ces évolutions divergentes s'expliquent par la séance d'hier, New York ayant alors décroché. Les actions européennes s'adaptent donc avec une journée de décalage.

L'ampleur du repli observé sur le Vieux Continent apparaît cependant limité grâce au rebond de New York aujourd'hui.

Si les investisseurs ont été " sonnés " hier par la décision de Donald Trump de geler les discussions sur un plan d'aides à l'économie jusqu'au scrutin présidentiel du 3 novembre, ces mêmes opérateurs ont été rassurés aujourd'hui par la volte-face du Président.

Ce dernier a exhorté le Congrès à voter rapidement un plan de soutien de 25 milliards de dollars pour le secteur aérien, 135 milliards de dollars d'aides aux petites entreprises et de verser 1.200 dollars d'aide à chaque foyer américain.

Par ailleurs, Wall Street pourrait être rassuré par l'avance prise par Joe Biden dans les sondages. La lutte entre Républicains et Démocrates sur ce fameux plan de relance rappelle en effet l'importance pour la Maison Blanche de jouir d'une majorité claire au Congrès.

Cet atout politique semble compter davantage que l'éventuel victoire de Joe Biden, pourtant supposé moins " pro-business " que Donald Trump. En effet, explique Mark Haefele, CIO chez UBS Global Wealth Management, " une vague bleue devrait entrainer une accélération des dépenses budgétaires qui compenseront la hausse promise de la pression fiscale. Au final, une victoire démocrate pourrait être neutre pour les marchés ".

A la Bourse de Paris, les secteurs des transports et de l'aéronautique, fragilisé par la pandémie ont souffert. En repli de 2,34%, Alstom a accuse la plus forte baisse du CAC 40 devant Thales (-2,28%) et Safran (-1,83%).

Contre la tendance, Publicis a gagné 2,68%, poursuivant son rattrapage après un printemps difficile. Société Générale a aligné sa troisième séance de hausse, soutenu par la spéculation concernant une éventuelle consolidation du secteur bancaire européen. Depuis lundi, le titre a gagné près de 12%.