Bourse

Marchés

Le CAC 40 proche de ses plus hauts de l'année après la BCE

AOF - 12 septembre 2019


(AOF) - Les marchés européens ont fini en hausse à la faveur de rumeurs d’accord commercial intérimaire entre la Chine et les Etats-Unis. L’indice CAC 40 a clôturé en hausse de 0,44% à 5 642,86 points après s’être approché en séance de son haut plus annuel, 5 667,50 points contre 5 672,80 points. Ce dernier avait été atteint fin juillet. L’EuroStoxx50 a, lui, gagné 0,63% à 3 538,86 points. Wall Street évoluait aussi en territoire positif, avec un Dow Jones en progression de 0,37% vers 17h30.

L'évolution des marchés a connu deux actes cet après-midi. Ils ont tout d'abord salué la décision de la BCE de réduire de 10 points de base le taux de la facilité de dépôt à -0,50%. Cette mesure s'accompagne de la mise en place d'un taux de dépôt par palier, permettant aux banques d'être exemptées de percevoir un taux d'intérêt négatif sur une partie de leurs liquidités excédentaires. Ce mécanisme permettra de limiter l'impact des taux d'intérêt négatifs sur les profits du secteur.

Ces deux décisions étaient anticipées par les investisseurs. Ils ont en revanche été surpris par la décision de Mario Draghi de ne pas donner de date d'arrêt au programme de rachat d'actifs, qui redémarrera à partir du 1er novembre à raison de 20 milliards d'euros par mois. Il a indiqué qu'il prévoyait d'y mettre fin peu de temps avant de commencer à relever les taux d'intérêt directeurs. Ces rachats pourraient donc potentiellement durer plusieurs années.

Cette perspective a entraîné une nette détente du rendement des emprunts d'Etat à 10 ans, avec en particulier une chute de 20 points de base pour le taux italien. Les évolutions sur le marché des taux ont fait basculer le secteur bancaire dans le rouge. Cette faiblesse conjuguée à celle du secteur pétrolier (-1,2% pour Total et -2,7% pour TechnipFMC) a entrainé le marché parisien à la baisse.

Les Bourses se sont ensuite redressées grâce à une information de Bloomberg selon laquelle les conseillers de Donald Trump envisageaient un accord commercial intérimaire avec la Chine.

Cette rumeur a bénéficié aux valeurs les plus cycliques, comme Peugeot (+2%) ou Airbus (+1,07%). En revanche, Bouygues a cédé 0,63% en dépit de l'annonce de la cession de près de la moitié de sa participation dans Alstom (-4,9%).