Bourse

Sociétés

Le coréen Esmo va devenir le deuxième actionnaire de NAVYA

AOF - 28 juin 2019


(AOF) - Navya roule à vive allure aujourd’hui sur la place de Paris, où il a progressé de 12,66%. Les investisseurs saluent le protocole d’accord signé par le spécialiste des navettes autonomes avec le coréen Esmo Corporation, dans le cadre d’un partenariat stratégique visant à adresser le marché en Asie du Nord-Est, notamment la Corée du Sud, le Japon et la Chine.

L'opération comprend le placement privé sous forme d'obligations remboursables en numéraire et/ou actions nouvelles et/ou existantes qui seraient entièrement souscrites par Esmo, pour un montant de 20 millions d'euros. Après conversion des obligations, Esmo deviendrait le deuxième actionnaire de Navya, détenant environ 20% du capital de la société.

Actuellement, Navya est détenu à 37,6% par Robolution Capital, fonds d'investissement géré par 360 Capital Partners. Figurent également au tour de table l'équipementier automobile Valeo et Keolis, filiale de la SNCF, avec 14,3% du capital chacun.

Le produit de l'émission sera destiné au développement de l'activité recherche et développement pour les systèmes existants de conduite autonome intégrés dans les navettes et prototypes de cabs.

Il contribuera également au déploiement des ressources commerciales et marketing de la société en France et à l'international, en particulier en Corée du Sud, marché à fort potentiel pour lequel Navya bénéficiera du soutien d'Esmo Corporation.

Le partenariat entre les deux groupes comprend également le support opérationnel et la distribution des produits Navya en exclusivité en Corée du Sud et dans certains pays d'Asie, notamment le Japon et la Chine, mais également le développement conjoint d'activités de R&D. Un partenariat industriel visant à optimiser les coûts de production figure également au programme.

Introduit en Bourse fin juillet 2018 à 7 euros, le titre Navya évolue actuellement sous la barre des 2 euros. L'an dernier, la société a publié une perte nette de 18,1 millions d'euros pour des revenus de 19 millions d'euros.