Bourse

Marchés

Le virus a gâché le début d'année

AOF - 31 janvier 2020


(AOF) - Les marchés actions européens ont prolongé leur repli, pénalisés par les craintes liées au coronavirus. Le CAC 40 a cédé 1,11% à 5 806,34 points pour accuser un repli hebdomadaire de 3,62%. Après une année 2019 exceptionnelle (+27% pour le CAC 40), la Bourse de Paris a abandonné 2,87% en janvier. Le début d'année est tout aussi morose sur les autres places du Vieux Continent, comme l'illustre le repli mensuel de 2,58% de l'Euro Stoxx 50. A Wall Street, l'aggravation de l'épidémie inquiète tout autant.

Le Dow Jones abandonne 1,47% à l'approche de la mi-séance. Sur le mois en revanche, le repli est limité à 0,4% en raison d'une première quinzaine plus dynamique qu'en Europe.

La séance avait bien débuté après les propos rassurants de l'OMS selon lesquels la Chine avait, selon elle, la capacité d'enrayer l'épidémie.

Surtout, les investisseurs ont été soulagés d'apprendre que l'organisation est contre toute restriction sur les voyages ou les échanges commerciaux avec la Chine.

L'embellie fut cependant de courte durée. Les indices sont brutalement repartis à la baisse, pénalisés par de mauvaises nouvelles. En Chine, le cap des 10 000 personnes infectés serait tout proche d'être atteint et la Grande-Bretagne, jusque là épargnée, a découvert des premiers cas. Il ne fait désormais plus aucun doute que l'économie mondiale soit affectée, ou moins à court terme.

Sur le plan macroéconomique justement, le ciel se voile en Europe. La croissance de la zone euro au quatrième trimestre a ralenti à +1% sur un an après +1,2% au trimestre précédent.

Finalement, les seules bonnes nouvelles proviennent des entreprises américaines les plus emblématiques. Après les résultats très solides dévoilés mardi soir par Apple, Amazon a publié jeudi après-Bourse des résultats tout aussi flamboyants. Résultat, la capitalisation du géant du commerce en ligne vient de franchir cet après-midi le cap des 1 000 milliards de dollars.

A la Bourse de Paris, les valeurs défensives ont tiré leur épingle du jeu ce mois-ci. Veolia Environnement a gagné 12,5%, Engie, 8,1% et Thalès, 7,2%. A contrario, les valeurs les plus exposées au cycle ont particulièrement souffert. TechnipFMC a perdu plus de 23%, Renault, 16,4% et Peugeot, 12,4%.