Bourse

Marchés

Les Bourses européennes affectées par les tensions sino-américaines et le Covid-19

AOF - 22 juillet 2020


(AOF) - Après avoir mollement salué hier le plan de relance européen, les Bourses européennes sont nettement reparties à la baisse ce mercredi, sur fond de tensions diplomatiques sino-américaines et de résurgence de la pandémie de Covid-19. Ainsi, le CAC 40 a perdu 1,32% à 5 037,12 points et l’EuroStoxx 50 a abandonné 1,02% à 3 370,76 points. A Wall Street, la tendance est incertaine en fin d’après-midi : le Dow Jones avance de 0,3% tandis que le Nasdaq Composite cède 0,08%.

 

L'aversion au risque a fait son grand retour sur les places du Vieux Continent devant un regain d'inquiétudes concernant l'évolution de la pandémie de Coronavirus. Plusieurs régions du monde, notamment les Etats-Unis et l'Amérique Latine, connaissent une hausse inquiétante du nombre de cas. Cela fait planer une ombre sur la reprise de l'activité en cours.

En parallèle, la séance a été également marquée par des tensions diplomatiques grandissantes entre Washington et Pékin. Les Etats-Unis ont ordonné la fermeture du consulat chinois d'Houston afin de " protéger la protection de la propriété intellectuelle américaine ". Pékin a brandi la menace de représailles, laissant redouter l'escalade.

Dans ce contexte peu engageant, les propos de Christine Lagarde n'ont pas joué le rôle de catalyseurs haussiers: la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) a estimé que le plan de relance européen de 750 milliards d'euros aurait pu être meilleur…

Au chapitre des valeurs, les " pétrolières ", à l'image de Total (-3,14%) et TechnipFMC (-3,53%), ont été pénalisées par le repli des cours du pétrole (-0,5% pour le baril de Brent à la clôture des marchés européens). Pour sa part, Valeo (-5,08%) a été sanctionnée après la publication d'une lourde perte au premier semestre 2020, combinée à des perspectives prudentes.

En revanche, Veolia (+2,10%) a profité des propos de propos rassurants de son PDG concernant l'activité du groupe. De son côté, Orpea (+7,42%) a bénéficié de la résistance de son activité au deuxième trimestre et Ipsen (+4,94%) d'une note favorable de JPMorgan.