Bourse

Marchés

Les craintes s'accumulent, les Bourses mondiales fléchissent

AOF - 22 janvier 2019


(AOF) - Les Bourses européennes ont achevé la séance en repli, sur fonds d’inquiétudes autour de la santé de l’économie chinoise et mondiale. Celles-ci ont continué de peser sur les indices, à l’image des craintes autour du différend commercial sino-américain, et du Brexit. Ainsi le CAC 40 a perdu 0,42% à 4 847,53 points, et l’EuroStoxx 50 -0,41% à 3 112,26 points. A l’approche de la mi-séance, la tendance est similaire à Wall Street qui, fermé hier pour le Martin Luther King Day, ne réagit qu’aujourd’hui, avec un Dow Jones qui recule de 1,06% et un Nasdaq Composite qui perd 1,41%.

Après avoir débuté la semaine sur une mauvaise note, les Bourses européennes ont amplifié leur repli. Et pour cause ; les craintes s'accumulent, entre une croissance chinoise 2018 au plus bas depuis 1990, une révision à la baisse par le FMI de ses perspectives sur la croissance mondiales, ou encore l'issue du Brexit qui reste toujours incertaine, alors que Theresa May a échoué hier à présenter un véritable " plan B ".

De l'autre côté de l'Atlantique, la tendance n'est guère meilleure. Après avoir alignée quatre séances à la hausse vendredi portées par des espoirs d'amélioration sur le dossier du commerce entre la Chine et les Etats-Unis, et un long week-end, la Bourse de New-York s'est essoufflée. Washington a informé les autorités canadiennes de son intention de formuler une demande d'extradition de la directrice financière de Huawei, selon une information du Globe and Mail. Une nouvelle qui vient alourdir un peu plus ce dossier épineux.

Sur le front des statistiques, l'indice Zew du sentiment des investisseurs allemands sur les perspectives économiques est meilleur que prévu en janvier. Celui-ci est ressorti à -15, contre -17,5 en décembre et un consensus s'élevant à -18,4.

Au chapitre des valeurs, Rémy Cointreau a abandonné 3,39% à 99,8 euros malgré un chiffre d'affaires trimestriel meilleur que prévu. De plus les résultats décevants d'UBS (-3,17% à 12,99 couronnes suisses) pénalisent les autres valeurs du secteur, à l'image de Société générale (-1,61 à 27,82 euros).

A l'inverse, Soitec a bondi sur la place de Paris de 5,40% à 66,40 dans le sillage d'une solide publication trimestrielle.