Bourse

Marchés

Les incertitudes sur les négociations commerciales pèsent sur le CAC 40

AOF - 13 novembre 2019


(AOF) - Les marchés actions européens ont terminé la séance en baisse. Les investisseurs sont finalement restés sur leur faim concernant l’évolution du dossier commercial sino-américain et attendent d'en savoir plus sur l'évolution de la future politique monétaire américaine. Ainsi, le CAC 40 a perdu 0,21% à 5 907,09 points et l’EuroStoxx 50 a reculé de 0,35% à 3 699,20 points. A Wall Street, la tendance est similaire à l’approche de la mi-séance: le Dow Jones et le Nasdaq Composite reculent respectivement de 0,02% et 0,12%.

La séance a débuté dans le rouge, le discours à l'Economic Club de New York de Donald Trump hier soir n'ayant pas apporté les clarifications attendues.

En effet, le président américain n'a fait aucune annonce décisive concernant le dossier commercial entre les Etats-Unis et la Chine, bien qu'il ait de nouveau fait preuve d'optimisme.

Donald Trump n'a pas non plus évoqué un éventuel report de 6 mois de sa décision de taxer les automobiles importées de l'Union européenne. Ce report est censé intervenir au plus tard jeudi.

Face à un flux permanent d'informations contradictoires, les investisseurs peinent toujours à faire le tri. D'autant plus qu'ils continuent en parallèle de s'interroger sur la future politique monétaire de la Fed. Ils tenteront ainsi de déceler de nouveaux éléments lors de l'audition de Jerome Powell au Congres, qui a lieu en fin d'après midi aux Etats-Unis.

Sur le front des statistiques, les prix à la consommation aux Etats-Unis en octobre ont rebondi plus qu'attendu. Ils ont augmenté de 0,4%, soit leur plus forte progression mensuelle depuis le mois de mars. Les économistes tablaient sur +0,3%, après un chiffre stable en septembre.

Au chapitre des valeurs, Saint-Gobain (-3,50%) a terminé en queue de l'indice CAC 40 après l'annonce du rachat de l'américain Continental Building Products. Le groupe poursuit ainsi le remodelage de son portefeuille d'activités, mais l'opération est jugée onéreuse (1,4 milliard de dollars).

SES (-14,72%) a également été malmené, pénalisé par une note de JP Morgan, qui a dégradé la valeur de Surpondérer à Neutre.