Bourse

Marchés

Les marchés saluent une future présidence de compromis

AOF - 05 novembre 2020


(AOF) - Les marchés actions européens ont poursuivi leur "US presidential election rallye". Le CAC 40 a gagné 1,24% à 4 983,99 points. Depuis le début de la semaine, la Bourse de Paris a grimpé de plus de 8,5%. Même tendance dans le reste de l'Europe, comme en témoigne ce soir la progression de 1,65% à 3 213,21 points de l'EuroStoxx50. En quatre séances, l'indice pan-européen affiche, lui aussi un gain d'environ 8,5%. Cette tendance haussière prend sa source à Wall Street, où le Dow Jones bondit aujourd'hui de plus de 2% et le Nasdaq, de 2,5%.

Paradoxalement, les investisseurs ont accueilli avec ferveur la concrétisation du scénario que redoutaient les économistes : une probable victoire étriquée de Joe Biden et le lancement de procédures juridiques de Donald Trump pour tenter de renverser le choix des citoyens Américains.

En réalité, les opérateurs se contentent largement de cette situation qui ne donne guère de marge de manœuvre au futur probable locataire de la Maison Blanche pour appliquer son programme économique jugé " anti-business " par certains à Wall Street.

Selon les dernières projections, le camp de l'ancien vice-président de Barack Obama n'a aucune chance de gagner le Sénat. Joe Biden devra donc gouverner avec un Congrès divisé et il lui sera très difficile de mener à bien sa politique fiscale marquée notamment par une hausse de l'impôt sur les sociétés.

Cependant, il pourrait trouver un consensus avec les républicains autour d'un vaste plan de relance tant ce dernier est attendu depuis plusieurs semaines. Les investisseurs n'oublient pas que Wall Street a traversé ses meilleures périodes lorsque le Congrès était partagé.

A la Bourse de Paris, Alstom (+4,2%) a signé la plus forte hausse du CAC 40, soutenu par l'appétit pour le risque des investisseurs. Société Générale a gagné 3,7% grâce à des résultats trimestriels meilleurs que prévu, tandis que LVMH a progressé de 3,5%, les investisseurs espérant que le conflit commercial entre les Etats-Unis et l'Europe s'apaise avec la nouvelle présidence.

A l'opposé du palmarès, Total a cédé 1,4% dans le sillage du repli du pétrole.