Bourse

Marchés

Les marchés voient la vie en bleu

AOF - 03 novembre 2020


(AOF) - En attendant la vague bleue, les investisseurs ont surfé sur une vague verte. Le CAC 40 a bondi de 2,44% à 4 805,61 points tandis que l'Euro Stoxx 50 a grimpé de 2,64% à 3 099,24 points. Wall Street aussi s'est mise à l'heure démocrate. A l'approche de la mi-séance, le Dow Jones s'adjuge 2,47% et le Nasdaq, plus de 2,1%. A quelques heures des premiers résultats de l'élection présidentielle américaine, les investisseurs espèrent un large succès de Joe Biden. L'enjeu est d'importance.

Un résultat serré conduirait inéluctablement à la multiplication de litiges juridiques, voire de manifestations peut-être violentes.

Par ailleurs, la paralysie de l'Etat risque de retarder la mise en œuvre d'un plan de relance articulé autour des infrastructures que les investisseurs attendent en vain depuis des semaines en raison de l'incapacité des démocrates et des républicains à s'entendre.

Au contraire, une élection sans contestation de Joe Biden, marquée par la prise Sénat et donc par le contrôle du Congrès, permettait au nouveau locataire de la Maison Blanche d'engager au plus vite les centaines milliards de dollars promis pour assurer la croissance et redresser le marché de l'emploi. A contrario, la victoire inattendue de Trump au programme économique flou pourrait entraîner une forte volatilité des marchés au cours des prochaines semaines.

Mais cette hypothèse ne semble pas "pricée". Preuve de l'optimisme des investisseurs concernant l'impact d'une victoire de l'ancien vice-président d'Obama, le baril de pétrole WTI américain progresse de près de 3% à 37,86 dollars.

A Paris, les investisseurs ont également très bien accueilli les résultats trimestriels meilleurs que prévu et la confirmation des objectifs 2020 de BNP Paribas. Le titre de la deuxième banque européenne par sa capitalisation boursière a bondi de plus de 6%, entraînant Société Générale (+5,4%) et Crédit Agricole (+4,4%) dans son sillage. Soutenu par l'appétit pour le risque, Renault a grimpé de 6,8%.

A l'autre bout du palmarès, Alstom a cédé 2,1% alors que l'aggravation de la pandémie risque fort de peser sur la demande de trains. Le titre Orange a perdu, lui, 1,5%, pénalisé par son statut de valeur défensive.