Bourse

Sociétés

L'Etat dément toute intervention dans le vote d'ENGIE

AOF - 07 octobre 2020


(AOF) - "Moi, j’ai dit bizarre ? Comme c'est bizarre... "! Le dossier Suez/Veolia tend à devenir "un drôle de drame" qui a contraint cet après-midi le gouvernement à prendre la parole. A l'issue du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a démenti "formellement" toute intervention du secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, pour orienter le vote du conseil d'administration d'Engie sur la cession à Veolia de l'essentiel de sa participation dans Suez.

Selon Mediapart, Alexis Kohler a demandé aux représentants de la CFDT au conseil d'Engie, dont l'Etat est actionnaire, de ne pas prendre part au vote afin de garantir l'acceptation de l'offre de Veolia bien que le gouvernement ait réclamé officiellement davantage de temps pour permettre un accord avec Suez.

Dans la foulée indique Reuters, l'intersyndicale de Suez, regroupant les représentants CFE CGC, CFDT, CFTC, CGT et FO du groupe, a réclamé l'annulation "sans délai" de la délibération du conseil d'administration d'Engie.

Mardi soir, Jean-Luc Mélenchon a publié un tweet dans lequel il juge "la Macronie mouillée jusqu'aux coudes".

Comme le rappelle cet après-midi Le Monde, L'Elysée, Matignon et Bercy ont eu des positions divergentes sur le dossier. Contrairement à Bruno Le Maire, appelant à la tempérance, le premier ministre, Jean Castex, s'est enthousiasmé de la fusion Suez-Veolia évoquant, jeudi 3 septembre, " un mariage qui fait sens ".

L'opération aurait aussi reçu l'aval de l'Elysée, Alexis Kohler saluant la naissance d'un champion mondial.

Contactée par Le Monde, la CFDT Engie a rappelé qu'un vote contre n'aurait pas fait basculer le scrutin.

Les investisseurs, eux, ne semblent guère se soucier de cette "affaire". Engie gagne 2,2% à 12,095 euros après avoir progressé de 2,8% hier.