Bourse

Marchés

Marchés : le risque italien au premier plan

AOF - 02 octobre 2018


(AOF) - Les marchés actions européens sont repartis à la baisse aujourd'hui, pénalisés par le regain de craintes concernant l'Italie. Le CAC 40 a cédé 0,71% à 5 467,89 points tandis que l'Euro Stoxx a abandonné 0,75% à 3 388,67 points. A Wall Street, l'inquiétude est moins marquée. A l'approche de la mi-séance, le Dow Jones gagne 0,38% alors que le Nasdaq est stable. Sur le Vieux Continent, l'effet positif d'un accord commercial entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada s'est dissipé. La politique budgétaire de l'Italie est revenue au cœur des préoccupations.

Si une nouvelle réunion sur le budget italien est prévue à 19h, les marchés ne se font pas d'illusion. La coalition gouvernementale a annoncé au préalable qu'elle ne reviendrait pas sur son objectif de déficit public fixé à 2,4% du PIB, soit nettement supérieur aux attentes (environ 2%) et ce malgré les protestations de Bruxelles et de ses partenaires européens.

Cette hétérodoxie budgétaire, qui ne semble pas compatible avec les exigences du pacte de stabilité et de croissance, a suscité une vive réaction sur le marché obligataire.

Le taux à dix ans italien bondit de 10,7 points de base pour atteindre en fin d'après-midi 3,444%, soit son plus haut niveau annuel. A contrario, le taux à dix allemand, considéré comme une valeur refuge, abandonne 0,45 point de base à 0,431%.

Sur le marché des changes aussi, le risque italien se fait sentir, comme en témoigne le repli de 0,14% de l'euro à 1,1560 dollar.

A la Bourse de Paris, Valeo (-2,8%) et Peugeot (-2,4%) ont accusé les replis les plus marqués du CAC 40. Le constructeur a déçu confirmant lors du salon de l'Auto sa prévision d'un marché automobile européen stable en 2018 en raison des perturbations provoquées par l'introduction des nouvelles normes d'homologation WLTP.

STMicroelectronics (+1,8%) a signé de loin la plus forte hausse, soutenu comme hier par les prévisions encourageantes du premier fabricant de puces pour semi-conducteurs, l'américain Intel.