Bourse

Sociétés

Renault-Nissan : Carlos Ghosn dénonce un «complot» et une «trahison»

AOF - 30 janvier 2019

(AOF) - A l’occasion de sa première interview depuis son arrestation au Japon, Carlos Ghosn n'a pas mâché ses mots. L’ex-patron de Renault (-0,24% à 61,16 euros) n’a « aucun doute » sur le fait que les accusations dont il fait l’objet sont la conséquence d'un « complot » et d'une « trahison » des dirigeants de Nissan. La raison en serait les projets de renforcement de l’intégration au sein de l’Alliance, selon Carlos Ghosn. C’est en substance ce qu’il a expliqué au journal japonais Nikkei

Il faut dire qu'actuellement, l'Alliance penche clairement du côté du groupe français : il détient 43,4% de Nissan, alors que le japonais ne détient en retour que 15% de Renault. Une influence qui fait grincer des dents du côté de Nissan.

Dans son interview, Carlos Ghosn a également rejeté les accusations de comportement " dictatorial ", préférant le terme de " leadership fort ".

" On confond un leadership fort avec une dictature : ce n'est pas la réalité, c'était simplement pour se débarrasser de moi ", a-t-il indiqué.

Rappelons que l'ex-dirigeant de l'Alliance est détenu au Japon depuis le 19 novembre dernier. Il est inculpé pour minoration de ses revenus sur deux périodes différentes et pour le transfert de pertes personnelles dans les comptes de Nissan. Depuis lors, Carlos Ghosn a clamé son innocence à plusieurs reprises.

C'est dans ce contexte que l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors a dévoilé ses ventes cumulées pour l'année 2018: elles ont progressé de 1,4 % pour atteindre 10,76 millions d'unités. L'Alliance affirme ainsi avoir maintenu " sa position de leader mondial des ventes en volume de véhicules particuliers et utilitaires légers " devant ses concurrents Volkswagen et Toyota.

Toutefois, comme l'an dernier, l'allemand Volkswagen demeure le premier constructeur mondial si l'on intègre les ventes de poids lourds avec 10,83 millions de véhicules vendus.

Nul doute que l'ensemble de ses éléments devrait alimenter les débats demain aux Pays-Bas. En effet, Hiroto Saikawa, le directeur général de Nissan, devrait s'entretenir pour la première fois avec le nouveau président de Renault, Jean-Dominique Senard. Ce face à face se tiendrait en marge d'une réunion de l'Alliance. C'est en tout cas ce que rapporte la chaîne de télévision japonaise NHK. Affaire à suivre…