Bourse

Sociétés

SAFRAN : le titre à la peine après la cession de titres de l'État

AOF - 02 octobre 2018


(AOF) - En attendant des opérations de privatisation plus significatives, l’État a récolté de l’argent frais grâce à Safran (-1,58% à 118,50 euros). En effet, l’État a cédé 10,41 millions de titres, soit 2,35% du capital de l'équipementier pour l'aérospatiale et la défense. Cette opération rapportera à l’État environ 1,24 milliard d’euros. Le produit de cession de ces titres servira à alimenter le fonds pour l’innovation et l’industrie dédié au financement des innovations de rupture. Cette cession a pris la forme d’un placement institutionnel avec construction accélérée du livre d’ordres.

 

Selon un teneur de livre d'ordres, cité par Reuters, l'opération aurait pu se faire à un prix indicatif de 119,65 euros par action.

Au terme de ce placement, l'État restera le premier actionnaire de Safran, avec 10,81% du capital et environ 17,67% des droits de vote.

Par ailleurs, près de 1,16 million d'actions supplémentaires (soit 0,26% du capital) seront ultérieurement proposées aux salariés et anciens salariés du groupe.

Cette opération de l'État intervient alors que Safran est en forme. Le titre de l'équipementier pour l'aérospatiale et la défense a progressé de 37% depuis le début de l'année. Et ce, grâce aux excellentes publications du groupe.

Début septembre, Safran a d'ailleurs relevé ses prévisions annuelles. Le groupe table désormais en 2018 sur une hausse d'environ 20% de son résultat opérationnel courant contre une croissance de 7%-10% auparavant. De plus, Safran s'est également montré rassurant sur l'intégration de Zodiac Aerospace et la montée en cadence de production des moteurs LEAP.