Bourse

Conseil

Selon Goldman Sachs, l'impact négatif sur le pétrole du coronavirus en Chine devrait être limité

AOF - 22 janvier 2020


(AOF) - L'apparition du nouveau coronavirus en Chine a soulevé des questions sur son impact potentiel sur les marchés du pétrole et du carburant pour le transport aérien, souligne Goldman Sachs dans une étude publiée aujourd'hui. A ce stade reconnaît le broker, les estimations restent très incertaines et il préfère ne pas se prononcer sur l'évolution de l'épidémie. Pour autant, le bureau d'études a décidé de s'appuyer sur l'épidémie du Sras de 2003 pour tenter d'estimer l'impact sur la demande de pétrole.

En utilisant les données de 2003 poursuit le courtier, le choc négatif sur la demande pourrait atteindre potentiellement 260 000 barils par jour en moyenne, dont une perte de 170 000 barils par jour environ sur la demande de kérosène.

Selon l'intermédiaire, un tel impact (sans intervention de l'Opep pour compenser) conduirait à un repli de 3 dollars par baril, bien que le regain d'incertitude initiale puisse provoquer une baisse plus importante, comme en mars 2003.

Au final, Goldman Sachs s'attend à ce que le marché du kérosène se dégrade si l'épidémie venait à s'étendre en raison de la baisse du transport aérien régional.

Dans ce cadre conclut la banque américaine, ces craintes sur la demande compenseront les doutes concernant l'offre avec les interruptions de production en Libye, en Iran et en Irak et alimenteront dans la prochaine semaines la volatilité du pétrole, restée jusqu'à présent limitée.