Bourse

Sociétés

SOCIETE GENERALE : nouvelles rumeurs de cession de Lyxor

AOF - 21 septembre 2020


(AOF) - Société Générale (-7,66% à 11,66 euros) a affiché l'une des plus fortes baisses de l’indice CAC 40, le secteur bancaire souffrant d’importants dégagements en Europe. Outre la publication d’une enquête du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) sur la participation par plusieurs grandes banques mondiales à près de 2 100 milliards de dollars de transactions suspectes entre 2000 et 2017, il est pénalisé par le regain d’inquiétude à propos d’un nouveau confinement du fait du Covid. Le titre Société Générale évolue près de ses plus bas de l'année.

S'agissant de Société Générale plus particulièrement, son actualité est dominée par la réémergence d'une rumeur sur la cession de sa filiale de gestion d'actifs Lyxor. Si elle avait déjà fait l'objet d'articles de presse, il y a un peu plus d'un an, Reuters affirme, en citant deux sources proches du dossier, que la banque prépare une telle opération. Interrogée par AOF, la banque n'a pas souhaité faire de commentaires.

Elle interviendrait après deux trimestres consécutifs de pertes et lui permettrait de renforcer son bilan.

Société Générale affichait pourtant un ratio de fonds propres durs de 12,5% au 30 juin, soit près de 350 points de base au-dessus de l'exigence réglementaire. Il est attendu dans le haut de la fourchette comprise entre 11,5% et 12% à fin 2020.

Néanmoins, du fait de l'évolution de la pandémie, la banque pourrait être confrontée à une hausse plus importante que prévu des provisions pour pertes de crédit.

Lyxor pourrait être valorisé 1 milliards d'euros et la cession pourrait être lancée au quatrième trimestre. Le français Amundi et l'allemand WS pourraient figurer parmi les éventuels repreneurs, a ajouté Reuters avant de préciser qu'une telle opération n'était pas certaine d'aboutir.

Lyxor affichait 147,5 milliards d'euros d'actifs à fin août, dont 73,1 milliards en gestion active et 74,4 milliards sous gestion en ETF. Ce sont ces derniers qui suscitent les convoitises. L'activité du gestionnaire d'actifs de la Société Générale est toutefois sous pression, souffrant notamment d'un problème de taille.