Bourse

Marchés

Sports d'hiver: l'ouverture des stations de ski à Noël fait débat en Europe

AOF - 26 novembre 2020


(AOF) - Le Premier Ministre français Jean Castex a détaillé aujourd'hui les mesures d'assouplissement progressif du confinement en vue des fêtes de fin d'années. Parmi les annonces les plus attendues, se trouvait le sort des stations de ski durant les vacances. Au grand désarrois des professionnels du secteur, le chef du gouvernement a décidé de pas les rouvrir les avant le mois de janvier. Les stations resteront toutefois accessibles, mais les remontées mécaniques ne tourneront pas.

"Il ne serait pas prudent de laisser se rassembler des flux très importants de population avec des activités susceptibles de solliciter nos services hospitaliers", a expliqué Jean Castex.

Ailleurs en Europe, la question des stations de ski fait aussi grandement débat. Angela Merkel, la Chancelière allemande, a appelé devant le Bundestag à leur fermeture dans toute l'Union Européenne à Noël et pour le Jour de l'An pour endiguer la propagation du covid-19, et souhaite un vote de Bruxelles sur le sujet.

Des déclarations qui n'ont pas plu au voisin autrichien, puisque son Chancelier, Sebastian Kurz, pour qui le tourisme d'hier représente une manne économique importante, a répondu que "ce n'est pas un sujet sur lequel l'UE devrait intervenir". La Commission Européenne a elle-même déclaré que cela ne relevait pas de sa compétence.

En Italie, le sujet divise également. Alors que le Président du Conseil des Ministres, Giuseppe Conte, est en faveur de la fermeture des stations de ski, Luca Zaia, le président de la région de Vénétie, dans le nord de l'Italie (où se trouve notamment la célèbre station des Dolomites, Cortina d'Ampezzo), souhaite qu'elles restent ouvertes, estimant que leur fermeture seraient un "suicide économique" pour beaucoup d'entre elles.

Quant à la Suisse, qui ne fait pas partie de l'UE, elle a d'ores et déjà rouvert une grande partie de son domaine skiable, malgré certaines restrictions dans les cantons les plus touchés par l'épidémie.