Bourse

Sociétés

TOTAL bat largement le consensus

AOF - 30 octobre 2020

(AOF) - En hausse de 2,75% à 25,82 euros, Total a réalisé l'une des meilleures performances du CAC 40, soutenu par une publication trimestrielle solide. Le bénéfice net de la compagnie pétrolière a largement battu le consensus dans un environnement difficile. La major a maintenu le paiement de son acompte sur dividende et revu à la baisse sa prévision d'investissement et de production. Au troisième trimestre 2020, Total a dégagé un bénéfice net de 202 millions de dollars, en repli de 93% sur un an, après une perte de 8,37 milliards de dollars au trimestre précédent.

Le bénéfice net ajusté, indicateur de référence du secteur, a reculé de 72% à 848 millions de dollars. Le consensus tablait sur 500 millions et UBS visait 473 millions.

Le groupe a par ailleurs dégagé un cash flow de 4,3 milliards, en baisse de 41%.

Le ratio d'endettement a atteint 22% au 30 septembre 2020, après 23,6% à fin juin, et Total a annoncé un troisième acompte sur dividende au titre de l'exercice 2020 stable à 66 centimes par action.

La production d'hydrocarbures a été de 2,715 millions de barils équivalent pétrole par jour, en baisse de 11%. Total anticipe une production sur l'année 2020 inférieure à 2,9 Mbep/j, contre de 2,9 à 2,95 Mbep/j attendus précédemment.

Le groupe a également abaissé sa prévision pour 2020 d'investissements nets. Ils devraient atteindre moins de 13 milliards de dollars contre moins de 14 milliards auparavant.

De plus, Total dépassera son programme de réduction des coûts opératoires avec plus d'un milliard de d'économies.

Patrick Pouyanné, le Président-directeur général de Total, a déclaré: "Le groupe a bénéficié au cours du troisième trimestre d'un environnement plus favorable, avec un prix du pétrole supérieur à 40 dollars le baril grâce à la forte discipline des pays de l'OPEP+ et une reprise de la demande en produits pétroliers dans le transport routier.Cet environnement est toutefois contrasté avec des prix du gaz bas et des marges de raffinage très dégradées du fait de surcapacités de production au regard de la demande et de stocks élevés."