Bourse

Marchés

Troisième trimestre gagnant pour le CAC 40

AOF - 28 septembre 2018


(AOF) - Les marchés actions européens ont terminé en net repli aujourd'hui, pénalisés par le retour du risque italien. Le CAC 40 a cédé 0,85% à 5 493,49 points. Un accès de faiblesse qui n'empêche pas la Bourse de Paris d'affiche un bilan mensuel légèrement positif (+0,15%) et surtout, un bilan trimestriel solide : +4,13%. Les autres grandes places européennes ont vécu un parcours plus difficile, comme en témoigne l'évolution de l'Euro Stoxx 50. L'indice pan-européen a abandonné aujourd'hui 1,39% et sur un mois, 1,32%. Au final, il n'aura grimpé que d'1,08% au troisième trimestre.

A Wall Street, où les investisseurs sont moins concernés par la situation italienne, le Dow Jones fait de la résistance. A l'approche de la mi-séance, il progresse de 0,2%, portant son gain mensuel à 1,65% et trimestriel à 9,4%.

En Europe, les actifs à risques ont vécu un mois de septembre agité. Les Bourses ont résisté à la montée en puissance de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine et à la confirmation, mercredi, d'une normalisation rapide de la politique monétaire de la Fed avant de plier aujourd'hui devant le risque italien.

Le gouvernement populiste transalpin a en effet pris les investisseurs de cours en annonçant un objectif de déficit public 2019 bien plus élevé qu'attendu.

Il devrait représenter 2,4% du PIB, soit trois fois plus que celui visé par l'ancien gouvernement. Le ministre des Finances avait récemment évoqué 1,6%-1,8%. Ce relâchement de la disciplinaire budgétaire a fait ressurgir des inquiétudes sur le caractère soutenable de la dette publique de Rome.

Représentant 133,4% du PIB, l'endettement de l'Italie est le deuxième plus important de la zone euro, derrière la Grèce. Ce regain d'aversion pour le risque a naturellement affecté les obligations souveraines.

Vers 17h15, le rendement de l'emprunt à dix ans italien bondissait de 78 points de base à 3,159%, proche de son plus haut annuel atteint fin août (3,313%).

Considéré comme un placement refuge, le rendement de la dette allemande de même échéance abandonnait, lui,  cinq points de base à 0,476%.

A la Bourse de Paris, le palmarès hebdomadaire est dominé par les valeurs défensives. En tête du classement, Essilor a grimpé de 3,9% devant Pernod Ricard (+3,8%).

Soutenus par la hausse du pétrole, Total a progressé de 3,3% en cinq séances et TechnipFMC de 3%.

Les valeurs cycliques, en revanche, ont souffert. Valeo a perdu près 9% et Peugeot, 5,4%.