Bourse

Sociétés

UBISOFT sanctionné en raison de la prévision d'une rentabilité inférieure aux attentes

AOF - 16 mai 2019

(AOF) - Plus forte baisse de l’indice SBF 120, Ubisoft a dévissé de 12,65% à 72,06 euros en raison d’une prévision de marge décevante pour l’exercice 2019/20, qui a commencé début avril. L’ampleur de la baisse est magnifiée par la valorisation de l’éditeur de jeux vidéo, qui affiche une prime par rapport à ses concurrents américains, selon plusieurs analystes. En conséquence, Ubisoft ne disposait pas de marge d’erreur.

Le groupe française vise des réservations nettes, qui correspondent au chiffre d'affaires avant l'application de la norme comptable IFRS 15, d'environ 2,185 milliards d'euros et résultat opérationnel ajusté d'environ 480 millions. Or, le marché attendait respectivement 2,272 milliards et 511 millions. Ces prévisions impliquent une marge de 21,9%, pratiquement stable par rapport à l'exercice précédent (22%), mais inférieure au consensus : 22,4%.

Le nouvel exercice marquerait un coup d'arrêt à l'amélioration de la rentabilité du groupe enregistrée ces dernières années grâce à la transformation de son business model : développement des franchises à gros budget, du numérique, des investissements récurrent des joueurs (ventes d'items, DLC/Season Pass, abonnements, publicités)...

La direction a justifié ces prévisions par une hausse des investissements et la sortie de trois jeux AAA - des jeux de prestige comme Assassin's Creed – au quatrième trimestre de l'exercice. Les coûts de marketing de leur lancement seront en effet enregistrés sur cet exercice, mais leurs revenus seront repartis sur l'exercice suivant.

Cette publication a été accueillie par plusieurs abaissements d'objectif de cours. Neutre sur la valeur, Oddo BHF a abaissé le sien de 80 euros à 75 euros et souligné le risque de déception sur les objectifs de l'exercice 2020. A Surpondérer, Barclays a réduit son objectif de cours à 83,70 euros. LCM a pour sa part abaissé sa recommandation d'Achat à Neutre et son objectif de cours de 98 euros à 90 euros. L'analyste précise que la prime d'Ubisoft par rapport à ses pairs limite le potentiel de hausse à court terme.