Bourse

Marchés

Un mois d'octobre aussi triste qu'inquiétant sur les Bourses

AOF - 30 octobre 2020

(AOF) - Au terme d'une séance volatile, les principaux marchés européens achèvent un triste mois d'octobre à tout point de vue en légère hausse. Le CAC 40 a gagné 0,54% à 4 594,24 points. Cependant en une semaine, l'indice aura abandonné plus de 6%. Sur un mois, le repli atteint 4,3%, soit sa plus mauvaise performance depuis le chaos de mars dernier. Dans le reste de l'Europe, le tableau est un petit peu plus noir. L'Euro Stoxx 50 a grappillé 0,1% mais accuse une chute hebdomadaire de 7,8% (-7,6% en un mois). A Wall Street, le pessimisme l'emporte.

Vers 17h30, le Dow Jones perd 0,8% pour accuser une baisse de près de 7% depuis lundi et de 5% depuis le début du mois. Du côté des valeurs technologiques, moteur des Bourses depuis le printemps, c'est l'hécatombe. Le Nasdaq décroche de 2%. En une semaine, il cède 5,2%. Sur le mois en revanche, le bilan est plus modéré avec un repli de 2%.

Les investisseurs n'auront jamais su sur quel pied danser aujourd'hui tant les nouvelles furent contradictoires.

Au chapitre macroéconomique, les indicateurs du jour ont été globalement positifs. Ainsi, la zone euro a connu un rebond historique de son activité au troisième trimestre. Le PIB a flambé de 12,7%, soit à un rythme bien supérieur aux anticipations des économistes qui tablaient sur +9,4% après l'effondrement de 11,8% enregistré au trimestre précédent. Pour autant, les récentes mesures de confinement décidées récemment par plusieurs grands pays, dont la France, briseront sans nul doute cette dynamique au quatrième trimestre.

Aux Etats-Unis, l'indice de la confiance des consommateurs de l'université du Michigan est ressorti à 81,8 en octobre, dépassant le consensus s'élevant à 81,2. Il était de 80,4 en septembre.

Mais comme en Europe, les investisseurs redoutent que cette embellie soit de courte durée alors que la crise sanitaire s'aggrave également de l'autre côté de l'Atlantique.

Au chapitre des résultats d'entreprises, le bilan du jour est contrasté. Plusieurs poids lourds du CAC 40 ont dévoilé des comptes trimestriels plus robustes que prévu à l'image de Total, Safran, Orange et Saint-Gobain, permettant ainsi à la Bourse de Paris de surnager.

En revanche, les investisseurs ont lourdement sanctionné les contre-performances de plusieurs géants de la tech américaine à l'instar d'Apple, Facebook et Amazon, jetant un voile sur la résilience supposée de ces valeurs à la crise sanitaire.

A Paris, Orange (+3,06%) est la seule valeur à afficher un bilan hebdomadaire positif grâce à la publication, hier, d'un chiffre d'affaires trimestriel en hausse malgré la crise.

A contrario, Renault a chuté de plus de 14,5%, pénalisé par le regain de craintes concernant la reprise économique. Atos a cédé, lui, 11%, emporté par la vague de défiance qui s'est abattue sur le secteur technologique.