Bourse

Sociétés

UNIBAIL-RODAMCO-WESTFIELD : le titre bondit après le rejet du projet d’augmentation de capital

AOF - 10 novembre 2020


(AOF) - Le camouflet est cinglant pour la direction d’Unibail-Rodamco-Westfield (URW). Réunis en assemblée générale, les actionnaires ont rejeté le projet d’augmentation de capital de 3,5 milliards d'euros. Ce résultat est salué en Bourse par un bond de 31,01% à 56,02 euros de l'action du groupe immobilier spécialisé dans les centres commerciaux car une telle opération aurait été fortement dilutive. Le titre amplifie la progression du secteur, très bien orienté depuis l'annonce hier par Pfizer de résultats favorables pour son candidat-vaccin contre le Covid-19.

Dévoilé mi-septembre, le plan Reset d'URW a provoqué la fronde d'un groupement d'investisseurs européens mené par l'entrepreneur Xavier Niel et l'ancien PDG d'Unibail, Léon Bressler. Le consortium, qui détient plus de 5 % du capital d'URW, a donc remporté son pari et fait entrer au conseil de surveillance ses deux meneurs, ainsi que Susana Gallardo.

Ces derniers pourront ainsi peser sur la stratégie future du groupe. Hormis l'augmentation de capital, ils déplorent l'acquisition de Westfield qui a " affaibli la position dominante d'URW en Europe, avec une position plus marginale aux États-Unis " et plaident pour un recentrage sur l'Europe.

Christophe Cuvillier, le directeur général d'URW, a pris " acte " de ce vote et indiqué que les autres composantes du plan Reset (cessions d'actifs, réduction du dividende en espèces, réduction des dépenses d'investissement) seront mis en œuvre.

" L'endettement d'URW reste élevé. Nous devrons examiner toutes les alternatives possibles afin de renforcer rapidement la structure financière du groupe ", a souligné le dirigeant.

"  À cette fin, le conseil de surveillance se réunira à nouveau dans les prochains jours avec les directeurs nouvellement nommés et le conseil d'administration ", a-t-il ajouté. L'ambiance promet d'être tendue.

Au final, Invest Securities estime que de nouvelles attaques contre le titre URW sont probables même si la valorisation fondamentale du titre à moyen terme ressort renforcée du vote de l'assemblée générale. Il indique également que le vote des actionnaires est un revers majeur pour l'actuel top management et pose la question de son maintien.