Bourse

Sociétés

UNITED AIRLINES: les compagnie aériennes mettent la pression sur Washington

AOF - 03 septembre 2020


(AOF) - United Airlines gagne plus de 3% à New York ce jeudi, le titre s'échangeant contre 38,10 dollars. La compagnie aérienne a annoncé avant l'ouverture des marchés qu'elle pourrait licencier jusqu'à 16 370 employés dès le 1er octobre prochain, si le gouvernement fédéral ne se résout pas à prolonger son plan de soutien au secteur aéronautique de 25 milliards de dollars au cours des six prochains mois.

Au plus fort de la crise du covid-19, le Congrès américain avait validé une aide d'un montant de 50 milliards de dollars, sur les 2 200 milliards du CARES Act présenté en mars, pour permettre aux compagnies aériennes de traverser cette période de turbulences. A une condition: que celles-ci ne procèdent à aucun licenciement. Une partie de ces 50 milliards devait leur permettre de continuer à payer les salaires.

L'aide actuelle arrivant à expiration le 30 septembre prochain, et le nombre de vols n'ayant pas retrouvé un niveau satisfaisant du fait de la pandémie, la pression s'accentue sur Washington pour prolonger ses mesures de soutien, alors que de plus en plus de compagnies aériennes menacent de tailler dans leurs effectifs à l'automne. 

La semaine dernière déjà, American Airlines menaçait de supprimer 19 000 postes dès le 1er octobre (17 500 salariés syndiqués et 1 500 managers), ce qui porterait ses effectifs à 100 000, contre 140 000 avant la pandémie. La compagnie texane a rapidement été imitée par Delta Airlines, qui a annoncé prévoir le départ de 2 000 pilotes.

Le plan de United Airlines prévoit la suppression de quelques 6 920 postes d'agents de bords, qui ont déjà reçu un avis de congé, 2 850 licenciements de pilotes, 2 260 d'employés d'aéroports, 2 010 d'agents de maintenance et 1 400 personnels de direction.

A noter toutefois que ce chiffre de 16 370 licenciements est nettement inférieur aux 36 000 qui avaient été annoncés en juillet, des milliers de travailleurs ayant depuis accepté des départs volontaires, tant permanents que temporaires, a précisé la compagnie. 

Les négociations avec les syndicats du secteur aérien se poursuivent, mais elles sont tributaires de l'avancée des discussions au Congrès entre démocrates et républicains sur le nouveau plan de relance, pour l'instant toujours dans l'impasse.